Pyrénées : pas de drones dans le Parc national cet été pour préserver cet espace naturel protégé

Qui dit multiplication des drones dans l’espace aérien dit encadrement plus strict des survols, particulièrement au-dessus de zones protégées. Le Parc national des Pyrénées a déjà interdit les vols motorisés et rappelle qu’il n’autorisera aucune dérogation cet été.

Le Parc national des Pyrénées sera particulièrement strict cet été sur le respect de l'interdiction des survols en drone sur son espace protégé. Les contrevenants encourent 135€ d'amende.
Le Parc national des Pyrénées sera particulièrement strict cet été sur le respect de l'interdiction des survols en drone sur son espace protégé. Les contrevenants encourent 135€ d'amende. © Pexels / Pixabay

Survoler avec son drone des espaces difficilement accessibles par les sentiers… depuis les airs, immortaliser en photo ou vidéo la beauté du Parc national des Pyrénées, tout cela est très tentant mais strictement interdit et le Parc national des Pyrénées sera particulièrement vigilant cet été au respect de cette règle. Aucune dérogation de survol en drone des zones protégées ne sera accordée. 

Néfaste pour la faune locale

Quoi de plus désagréable dans des espaces sauvages encore préservés que d’entendre soudainement le bourdonnement d’un drone dans le ciel ? Exit la magie des lieux, vous êtes immédiatement sortis de votre contemplation. Le désagrément sonore n’impacte pas que les humains en quête de quiétude. Il perturbe également grandement la faune locale

Le survol en drone peut sembler anodin pour celui qui a les commandes en main. Et pourtant, il est loin d’être sans conséquences. Il perturbe les animaux dans leur milieu naturel au point de les effrayer et de potentiellement leur faire prendre des risques ou encore de gêner la faune en période de reproduction.

Une amende de 135€ en cas de non respect de la réglementation

Jusque là, seuls les professionnels de l’image pouvaient légalement, sur dérogation, survoler le Parc national en drone. Mais l’attrait croissant de ces engins motorisés chez les vidéastes amateurs a généré des dérives. Ainsi, en juillet et août, il n’y aura pas de dérogation, même pour professionnels de l’image.

Par ailleurs, la montagne ayant été prise d'assaut après les différents confinements, les gardes du parc ont déjà mis en garde les dronistes cet hiver et ne se contenteront plus de faire du rappel de la réglementation. Les contrevenants repartiront avec un souvenir à 135€.

Une interdiction parmi d’autres

Les responsables du Parc national des Pyrénées ont à coeur de limiter au maximum toutes formes de pollution lumineuse, source de perturbation nocturne potentielle pour les animaux. Un arrêté du 28 décembre 2018 réglemente l’éclairage (puissance, température de couleur... etc), interdit sauf pour certains usages agricoles, pastoraux et forestiers, pour des opérations scientifiques ou encore des travaux préalablement autorisés par le Parc.

Dans les espaces naturels, l’éclairement moyen des abords de cabanes ou refuges ne doit pas excéder 5 lux. La température de couleur des lampes ne peut excéder 2.000 kelvin. Les lumières, à usage non sécuritaire, ne sont allumées qu’en cas de nécessité.
 
La lumière artificielle, et spécifiquement la lumière bleutée, désoriente les animaux, perturbe leur équilibre biologique et donc leur sommeil et leur recherche de nourriture. Par ailleurs, certaines espèces « mises en lumière » deviennent davantage détectables par leurs prédateurs.
 
Et enfin nul ne l'ignore, les feux sont également proscrits au sein du parc national des Pyrénées.

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
montagne nature pyrénées randonnée parcs et régions naturelles sécurité société technologies économie pollution environnement