Suspicion d'un cas de coronavirus chez une enfant de 4 ans près de Tarbes

L’école maternelle Charles Perrault de Bordères-sur-l’Echez compte 180 élèves. / © Google Maps
L’école maternelle Charles Perrault de Bordères-sur-l’Echez compte 180 élèves. / © Google Maps

Un cas suspect de coronavirus a été signalé à Bordères sur l’Echez (Hautes-Pyrénées) chez une enfant de 4 ans. Malgré plusieurs confirmations, l'Agence Régionale de Santé et la préfecture des Hautes-Pyrénées se refusent à parler de cas avérés.

Par Sylvain Duchampt

Depuis plusieurs semaines, le message est bien passé. Les personnes âgées et fragiles sont les plus exposées à des formes graves du coronavirus. L'information révélée ce mercredi par la Semaine des Pyrénées a de quoi surprendre : un cas suspect d’un enfant de l’école maternelle Charles Perrault de Bordères-sur-L'Echez a été décelé.

Depuis plusieurs heures, un mail circule sur les réseaux à ce sujet. Dans ce texte de quelques lignes la directrice de l'établissement explique : "nous venons d'apprendre qu'il y a un cas de coronavirus confirmé à l'école maternelle. Le docteur Valérie Cicchelero, médecin conseiller technique auprès du rectorat préconise un confinement et une surveillance de son état de santé pendant 14 jours pour l'ensemble des contacts de l'école, élèves et personnels. "

Les 180 élèves, les 8 ATSEM (agent spécialisé des écoles maternelles) et les 7 enseignants ont été en conséquent confinés chez eux. 
 

Rétropédalage

Selon nos informations, l'enfant de 4 ans est absente de la maternelle depuis vendredi dernier. L'enquête épidémiologique doit permettre de savoir si elle était présente au carnaval de la maternelle la veille, jeudi.

Un cas confirmé, par mail, par l'inspection d'académie des Hautes-Pyrénées à nos confrères de la Semaine des Pyrénées  : "Je vous confirme le cas de coronavirus à l’école de Bordères sur l’Echez. Il n’y a pas d’inquiétude sur l’état de santé de l’enfant, les mesures de confinement permettent d’éviter toute propagation" avant de se rétracter et d'évoquer "une simple suspicion".
 

De son côté, l'Agence régionale de santé Occitanie se refuse à tout commentaire et la préfecture des Hautes-Pyrénées se limite "à ne pas confirmer ces cas".

Pas testée

Difficile en effet de confirmer un cas qui n'est pas testé et ne le sera pas, pour le moment. En effet, les tests de diagnostic du coronavirus ne sont plus systématiques. Ils sont désormais réservés aux personnes présentant des signes de gravité et aux professionnels présentant des symptômes.
 

Cette affaire démontre deux choses : les enfants aussi peuvent être touchés par le coronavirus, c'est pourquoi il est essentiel de respecter strictement le confinement ; la communication institutionnelle sur les cas de coronavirus en Occitanie devient chaque jour un peu plus un peu plus sensible et verrouillée.
 

Sur le même sujet

Les + Lus