Tarbes : fermeture des Urgences 24h/24 de la polyclinique de l'Ormeau

La direction de la polyclinique de l'Ormeau à Tarbes a annoncé lundi la fermeture de son service des Urgences 24h/24 en juillet et août. Cette décision a été prise par l’ARS Occitanie afin de privilégier le maintien de celui de Bagnères-de-Bigorre, notamment cet été, d'après la CGT.

Tarbes - La polyclinique de l'Ormeau comptabiliserait 9.400 passages aux Urgences chaque année. Archives.
Tarbes - La polyclinique de l'Ormeau comptabiliserait 9.400 passages aux Urgences chaque année. Archives. © Google maps

La direction de la polyclinique a annoncé ce lundi lors d'un CSE, la fermeture de son service d'urgences 24h/24 en juillet et août. Cette décision a été prise par l’ARS Occitanie afin de privilégier le maintien de celui de Bagnères-de-Bigorre et parce que l'hôpital de Tarbes dispose d'un service d'urgence, d'après la CGT.

"Cette fermeture va engendrer une surcharge d’activité pour les autres établissements, explique Laurence Charroy, secrétaire du syndicat CGT de la polyclinique et membre du CSE. Cela risque d'allonger les files d’attente, les risques d'agression du personnel".

"Un risque accru de démissions"

"Le contexte est déjà très tendu, nous avons eu à déplorer une soixantaine de fermetures de lits depuis le mois d'avril à la polyclinique, poursuit-elle. Ces décisions peuvent engendrer des démissions car les gens se découragent. Or c'est déjà extrêmement difficile de recruter".

La CGT demande aux décideurs, ARS et responsables d'établissements, de renoncer à cette fermeture programmée et de trouver les solutions afin de maintenir l’ensemble des services d’urgence du département des Hautes-Pyrénées.

Une mesure "injustifiable" pour les syndicats

Même position pour le syndicat Sud : "il n'y a pas de lieu où les urgences ne soient pas surchargées dans le département, affirme Daniel Labarre, secrétaire départemental de Sud santé. Pour nous, ce n'est absolument pas entendable".

La CGT a interpelé l'ARS. Elle estime urgente l’embauche de praticiens hospitaliers et demande à la population de se mobiliser. Un rassemblement devrait avoir lieu devant la polyclinique en milieu de semaine prochaine. "Le but ce n'est pas de dire : qui va fermer ? C'est d'obtenir que tous les services d'urgences soient maintenus", affirme Laurence Charroy.

Une autre rassemblement a d'ailleurs eu lieu à Bagnères-de-Bigorre le 12 juin dernier. Alors que le service  des urgences du centre hospitalier de la ville avait été menacé, plusieurs centaines de personnes ont défilé dans les rues. Depuis, le maintien du service des urgences 24h/24 de Bagnères a été confirmé par l'ARS aux organisations syndicales, sans toutefois leur préciser que ce serait à la polyclinique de l'Ormeau qui ferait les frais de la fermeture pendant l'été.

Sollicitée, l'ARS n'a pas donné suite pour l'heure à notre demande d'explications. 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
santé société polémique pyrénées