Tarbes : une ex-enseignante de l'école Steiner de Bagnères-de-Bigorre reconvertie dans le public fait polémique

Une école de Bagnères-de-Bigorre se basant sur la pédagogie Steiner était sur la sellette pour divers manquements administratifs et pédagogiques. Cette structure a été fermée fin août. Mais l'affaire et la polémique se poursuivent maintenant à Tarbes, dans une école publique cette fois.

Nouveau coup dur pour les écoles fondées sur la pédagogie Steiner. Cette méthode d'enseignement, pour rappel, est fondée sur les conceptions éducatives du philosophe autrichien Rudolf Steiner, également fondateur de la doctrine ésotérique, l’anthroposophie. La méthode Steiner est décriée et parfois qualifiée de sectaire.

Une école publique de Tarbes est dans le viseur de l’Inspection académique des Hautes-Pyrénées, après la fermeture d’une structure Steiner, à Bagnères-de-Bigorre, pour divers manquements administratifs et pédagogiques. En cause, une ex-enseignante de l'école Steiner de Bagnères qui y exerce.

La pédagogie Steiner dans une école publique de Tarbes

Une ancienne enseignante de l’école « Les Boutons d’Or » de Bagnères-de-Bigorre, qui officie désormais dans une école publique de Tarbes, est suspectée de reproduire les enseignements de la pédagogie Steiner... à l’école publique.

Mon journal local (journal des Hautes-Pyrénées) révèle que des parents tarbais inquiets ont dénoncé, dans des courriers, en fin d’année scolaire, une « culture du secret » et « l’impossibilité de savoir ce qui se passe en classe ».

D’autres courriers évoquaient l’étonnement des parents concernant ce qui ressemble à des rituels (propres au mouvement Steiner) comme des « cérémonies d’ouverture de la journée avec des chants de Bonjour au soleil et de clôture de la journée » toujours en lien avec la nature : « La nature tient une place importante dans ce que Mme X transmet aux enfants. Je n’y vois pas d’inconvénient majeur jusque là. Toutefois, j’ai été particulièrement surprise lorsque ma fille m’a indiqué qu’il fallait le matin dire -Bonjour à la Nature-, sortir dans notre jardin, embrasser les arbres et leur faire des câlins. ».

Ces pratiques ne sont pas sans rappeler la philosophie Steiner… mais cette fois à l’école publique et c’est là que le bas blesse. L’enseignante a fait l’objet d’une inspection particulièrement longue et des mesures ont été prises par le directeur de l’école. Mais pour l’heure, on ignore encore la décision de l'Inspection académique des Hautes-Pyrénées sur cette affaire.

Il faut dire que les épisodes de polémiques Steiner se succèdent dernièrement avec l’annonce de la décision du Rectorat de fermer l’école Steiner les « Boutons d’Or » à Bagnères-de-Bigorre.

Retour sur l'affaire de Bagnères-de-Bigorre

Cette structure, qui accueillait les enfants de la maternelle au primaire, était au coeur d’une polémique depuis quelques mois. L’école Steiner « Les boutons d’Or » se présentait comme « l’école qui fait aimer l’école »… mais pas aux inspecteurs du Rectorat semble-t-il.

Deux inspections en 2019 et 2020 avaient abouti à des mises en demeure. Une nouvelle inspection impromptue le 25 mars 2021 a conduit à la fermeture de l’école. Les parents d’élèves ont reçu un recommandé le 20 août, les informant de « l’obligation de re-scolariser leurs enfants dans un établissement public ou privé ».

Divers manquements administratifs et pédagogiques avaient été pointés du doigt à commencer par des locaux qui n’étaient pas aux normes et trop petits pour accueillir les 68 enfants scolarisés.
Des disciplines étonnantes, spécifiques de l’école Steiner-Waldorf, y sont pratiquées, comme par exemple l’eurythmie, une danse présentée sur le site internet de l'école comme "une expérience esthétique par le mouvement pour harmoniser l'être humain ».

Ces activités créatives sont loin de l’apprentissage de la géométrie classique ou des matières faisant partie du tronc commun des connaissances, comme l’histoire et la géographie ou les sciences, matières non traitées en classe. Les sciences ne sont par exemple pas enseignées avant la sixième.

L’Inspection académique des Hautes-Pyrénées a envoyé le 20 août dernier un courrier recommandé aux parents d’élèves pour les informer de la fermeture de l’école.

Une vingtaine d'écoles Steiner en France

On compte un millier d’écoles Steiner dans le monde et une vingtaine en France, dont 6 qui proposent un niveau collège-lycée. Nombreuses sont celles qui sont hors-contrat avec l’Éducation nationale du fait de leur approche pédagogique différente. Des recherches scientifiques sur les neurosciences et les pédagogies alternatives ont montré que ces méthodes d’apprentissage « personnalisées » permettent aux élèves de développer une grande autonomie et de donner le meilleur d’eux-même.

Ces méthodes qui prônent l’individualisation de l’enseignement et la « liberté pédagogique » sont louées par les parents dont les enfants ont repris confiance en eux après des échecs dans le système scolaire classique. Mais elles sont aussi la cible de détracteurs pour qui les matières scolaires principales ne doivent pas être en option et pour ceux qui y voient les conditions parfaites pour de potentielles dérives sectaires.

La dérive sectaire était-elle avérée dans cette école ? De nombreux manquements ont certes été pointés du doigt. La journaliste d’investigation Laure Daussy (Charly Hebdo) indique que, dans le cadre de son enquête, un ancien enseignant d’une école Steiner lui a confié avoir été incité à modifier le contenu de ses cours quand des inspections étaient planifiées.

La journaliste se veut toutefois prudente : « Il est compliqué de parler de secte. Il y a eu quatorze signalements en 2020 liés aux écoles Steiner et pour l’instant il n’y a pas de cas avérés de dérive sectaire. Mais on voit bien que le risque est réel ! ».

Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
choisir une région
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité