Transports ferroviaires régionaux : retards et trains annulés, on vous dit tout sur les pires lignes de France

Selon un dossier du journal "Le Parisien", publié le 13 avril 2024, un axe ferroviaire situé en Occitanie figure en troisième place des 40 pires lignes régionales de France en 2023. La ligne Bayonne-Tarbes compte 23,4% de trains en retard ou supprimés. La ligne Toulouse-Rodez figure également dans ce classement.

Selon un dossier du journal "Le Parisien", publié le 13 avril 2024, un axe ferroviaire situé en Occitanie figure parmi les 40 pires lignes régionales en 2023, avec des taux de retards ou d'annulations records.

Bayonne-Tarbes en 3ème position

"SNCF c'est possible", ce vieux slogan de l'entreprise, qui date de 1988, prend tout son sens, et pas forcément dans le bon, depuis la publication d'un dossier du journal "le Parisien" à la mi-avril.

Le quotidien a listé les 40 pires lignes régionales de France. Et certaines affichent des taux de retards ou de suppressions records pour l'année 2023. C'est le cas de la Ligne Bayonne-Tarbes, classée en 3ème position, peu glorieuse, de ce classement. 

Toulouse-Rodez aussi

Sur la ligne Bayonne-Tarbes, les retards et annulations ont atteint en 2023 pas moins de 23,4%. Une autre ligne de la région est pointée du doigt, mais dans une moindre mesure. Il s'agit de la desserte Toulouse-Rodez avec 14%.

Mais que se passe-t-il donc sur les lignes régionales ? Un tiers des retards ou suppressions sont de la responsabilité de SNCF Voyageurs, l'opérateur qui organise le trafic pour le compte des régions. 

Gros problèmes d'infrastructures

Les deux tiers restants ont pour origine des causes externes, comme un événement météorologique violent, des chocs avec des animaux ou des soucis sur des infrastructures, le gros point noir.

Car 60 % des causes dites "externes" sont liées "à des problèmes rencontrés à cause de travaux ou des défections techniques", précise dans Le Parisien Olivier Bancel, numéro deux de SNCF Réseau. Difficile dans ces conditions à la SNCF de "nous faire préférer le train".

Pourtant l'enjeu est de taille. Des milliers de Français ont abandonné leur voiture et opté pour ce mode de transport plus durable. Le train est aussi un axe majeur du plan de transition écologique, voulu par le gouvernement. Contactée, la direction régionale de la SNCF ne s'est pas exprimée sur le sujet pour l'instant.