Les enquêteurs cherchent à déterminer si la victime de 84 ans décédée lors de l'incendie survenu à l'hôpital de Tarbes dans les Hautes-Pyrénées le 17 décembre dernier était attachée.

La dame âgée de 84 ans morte au cours d'un incendie survenu le dimanche 17 décembre dernier à l'hôpital de Tarbes dans les Hautes-Pyrénées était-elle attachée ? C'est l'une des questions que se posent les enquêteurs. "Probablement mais pour le moment, on ne sait pas, répond Bérengère Prud’Homme, procureure de la République des Hautes-Pyrénées, jointe par France 3 Occitanie. C'est vrai que le siège sur lequel elle était assise était muni d'un harnais, mais on ne sait pas encore si elle était attachée. Et si oui pour quelles raisons, si c'était pour des raisons médicales ?"

Le feu s'était déclaré dans la chambre de la victime située au 6e étage au service de gériatrie. Un briquet a également été retrouvé sur place, à proximité du fauteuil. Beaucoup de questions restent donc en suspens.  

Lire aussi : L'incendie est parti de sa chambre d'hôpital, une vieille dame de 84 ans trouve la mort et une quinzaine de patients a été évacuée

Des auditions toujours en cours

Selon la magistrate, plusieurs auditions des personnels de l'établissement sont actuellement en cours.  Celles-ci devront déterminer si l'état de la patiente hospitalisée pour un covid nécessitait donc qu'elle soit attachée. Et devraient aussi permettre de matérialiser les allers et venues des personnels et pourquoi l'alerte n'a pas été donnée plus rapidement. Une quinzaine d'autres patients avaient dû être évacués lors de l'incendie.  

L'actualité "Faits divers" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
L'actualité "Faits divers" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
choisir une région
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité