Dans l'Hérault, les agresseurs d'un joueur de rugby arrêtés

L'agression s'était produite le dimanche 12 janvier dernier à Olonzac, aux confins de l'Hérault et de l'Aude. Un rugbyman de 25 ans de l'AS Olonzac minervois avait été tabassé par plusieurs individus avant d'être mordu au visage par un chien au coeur du village. Les auteurs viennent d'être arrêtés.

Olonzac (Hérault)
Olonzac (Hérault) © F3 LR
Dimanche 12 janvier dernier, alors qu'il venait de retirer de l'argent au distributeur d'Olonzac, plusieurs individus avaient attaqué et frappé violemment Anthony Gally, 25 ans, 3e ligne du club de rugby de l'AS Olonzac. Il avait également été mordu au visage par deux chiens qui accompagnaient les agresseurs.
Ce sont des témoins qui avaient alerté les secours. Mais à l'arrivée des gendarmes, les auteurs des coups avaient pris la fuite.

La victime transportée au CHU de Montpellier avait ensuite été transférée dans une clinique spécialiste en chirurgie plastique réparatrice. Le jeune vigneron souffrait d'un grave traumatisme au visage, avec de nombreuses plaies, d'un traumatisme crânien et d'un luxation d'une épaule. Il avait été mordu à la bouche par un chien et avait eu une oreille arrachée.

Le lendemain, un rassemblement silencieux avait été organisé à Olonzac pour dénoncer une telle violence dans ce village du minervois habituellement calme.
 

Trois mineurs parmi les cinq agresseurs

Le parquet de Béziers avait ouvert une information judiciaire pour tentative de meurtre et de violences aggravées ayant entraîné une mutilation permanente : le jeune rugbyman avait en effet perdu le lobe d'une oreille.

Les investigations, menées par les gendarmes de la Brigade territoriale d'Olonzac et de la Brigade de recherches de Béziers, ont conduit à l'interpellation de cinq individus, trois mineurs et deux majeurs. Entendus, ceux-ci ont reconnu leur participation à ces violences qui seraient "consécutives à une simple altercation verbale".

Mis en examen, ils ont été présentés devant le juge des liberté et de la détention. Les deux majeurs et l'un des mineurs, âgé de 15 ans, ont été placés en détention provisoire, les deux autres mineurs (16 et 14 ans) ont fait l'objet d'un placement sous contrôle en centre éducatif fermé.

Les deux chiens, relevant de la catégorie 1, ont été saisis et placés dans un chenil dans l'attente de leur sort.

 
Les chiens de 2ème catégorie
Les chiens de 2ème catégorie  sont classés comme des chiens « dangereux » par la loi française. Ils sont caractérisés par le terme « les chiens de garde et de défense«. En font partie, les Staffordshire terriers, les pitbulls et les rottweilers. La loi fait obligation à leur propriétaire de les museler et de les tenir en laisse sur la voie publique et dans les lieux publics.
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
rugby sport faits divers