Hérault : 6 ans de prison pour deux braqueurs violents confondus par leur ADN à Pézenas

Ces deux hommes, âgés de 22 et 30 ans, avaient braqué une bijouterie dans le centre-ville de Pézenas en novembre dernier. Ces Piscénois avaient frappé la commerçante avant d'emporter leur butin. Ils ont été condamnés jeudi à Béziers à 6 ans de prison.
 
Le palais de justice de Béziers, dans l'Hérault.
Le palais de justice de Béziers, dans l'Hérault. © SYLVAIN THOMAS / AFP
Les faits s'étaient déroulés le 23 novembre 2019, peu avant 18 heures au centre-ville de Pézenas dans l'Hérault, lorsque les deux hommes ont fait irruption dans un bijouterie. L'un d'entre eux est armé d'un fusil et cagoulé.

Selon le communiqué du procureur de la République de Béziers : "Tous deux ont porté des coups à la commerçante qui tentait de résister, avant de prendre la fuite avec un butin constitué de montres et de bijoux de valeur."
 

Un butin estimé à 40 000 euros

L'enquête a été menée par la brigade de recherche de la compagnie de gendarmerie de Pézenas. Grâce à leurs investigations techniques, les enquêteurs ont pu identifier des profils ADN : ceux de deux hommes âgés respectivement de 22 ans et 30 ans, domiciliés à Pézenas,

Arrêtés début juin et placés en garde à vue, les deux complices ont reconnu avoir commis ce vol. Selon leur déclarations, le fusil, qui n'a pas été retrouvé, serait une arme factice.

Selon les prévenus, les bijoux avaient été vendus les jours suivants pour 7500 € à Paris, alors que la bijouterie estimait leur valeur à 40 000 €.

Raphaël Balland, procureur de la République de Béziers

6 ans de réclusion

Déférés devant le parquet de Béziers dans la foulée, ils ont été jugés en comparution immédiate pour vol en réunion avec violence ayant entraîné une incapacité totale de travail de moins de 8 jours. 

Le tribunal correctionnel de Béziers avait placé les deux hommes en détention provisoire jusqu'à leur jugement qui a eu lieu ce jeudi  23 juillet : six ans d'emprisonnement avec maintien en détention pour chacun. Ils n'avaient jamais été condamnés jusqu'à présent.
 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
justice société faits divers prison violence