Les bateaux à quai loués par des vacanciers créent des remous au Cap d'Agde

Publié le Mis à jour le
Écrit par Armelle Goyon .

De plus en plus de bateaux de plaisance sont loués pour les vacances sur des plateformes de réservation en ligne comme AirBnB. Les touristes profitent du navire à quai. Mais les ports recensent de plus en plus d’incivilités en raison de ces locations. Certains ports sont même prêts à rompre des contrats d’amarrage, comme par exemple au cap d'Agde.

 " Voici le bateau que je mets en location à 149 euros la nuit. Il fait à peu près une 30aine de m2, avec 2 chambres et 2 salles de bains, " explique ce plaisancier.  

C’est la nouvelle tendance. Louer un bateau pour quelques jours de vacances, tout en restant à quai. Depuis trois ans, Romain Pastant gère une entreprise et loue des appartements sur la plateforme AirBnb mais aussi un navire de 12 mètres de long.

"C'est une nuit atypique, comme il y en a qui dorment dans les arbres, nous on le fait sur l'eau. C'est tout nouveau, il y en a qui commencent à lancer ça et on aimerait bien le développer au fur et à mesure. Et nous faisons attention à nos clients, pour ne pas qu'il y ait de débordements, surtout la nuit quand ils rentrent de boites de nuits", détaille Romain Pastant, responsable d'une entreprise de location de vacances.

Romain a même embauché un agent de sécurité pour surveiller ses locations. Les agents de surveillance des ports du Cap d’Agde patrouillent eux aussi de jour comme de nuit. Mais cet été, les incivilités se sont multipliées notamment dans ces locations de vacances.

"C'est des tapages nocturnes, ça va en boite de nuit, ça rentre à 5h du matin, ça déambule sur les quais, sur les bateaux, sur les pontons et ça perturbe la tranquillité de nos plaisanciers", argumente Benjamin Moreno, responsable des services de surveillance des ports du Cap d'Agde.   

Sanctions 



Chaque plaisancier doit tous les ans renouveler son contrat d’amarrage auprès du port. Selon le règlement, louer son bateau pour des vacances n’est donc pas autorisé. Au Cap d’Agde, la capitainerie n’hésitera pas à sévir face aux incivilités de ces sous-locations.

"Cet impact n'est plus acceptable et le Port du Cap d'Agde souhaite réguler et faire en sorte de respecter la réglementation en vigueur. Ca passe par un contrat d'abonnement qui peut être remis en cause si après plusieurs rappels à l'ordre cela n'est pas respecté "  prévient Laurent Bourriquel, directeur des ports du Cap d'Agde.



Dans les ports du Cap d’Agde, une centaine de plaisanciers sous-loueraient chaque été leurs bateaux.

Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité