Un chalutier a-t-il remonté dans ses filets l'épave d’un bateau de pêche à Agde ?

Publié le Mis à jour le
Écrit par Valérie Luxey
D'importants moyens mis en oeuvre pour retrouver l'épave du Romain Luca le 3 décembre 2020.
D'importants moyens mis en oeuvre pour retrouver l'épave du Romain Luca le 3 décembre 2020. © C. Metairon/FTV

L’épave remontée ce jeudi par les filets d’un chalutier d’Agde (Hérault) est-elle celle du Romain Luca, un bateau de pêche qui a sombré dans la nuit du 29 au 30 novembre 2020 ? Le procureur de la République de Béziers se montre prudent.

Drôle de pêche pour le Belle Ile, ce jeudi 13 janvier 2022: dans ses filets, une épave ou ce qu’il en reste. A Agde (Hérault), les spéculations vont bon train : s’agit-il du Romain Luca, ce chalutier a sombré au large de la cité de l’Ephèbe dans la nuit du 29 au 30 novembre 2020 ? Même si cela semble être le cas, le procureur de la République de Béziers se montre prudent et ne l’affirme pas.  

Le patron pêcheur auditionné  

L’épave était localisée et la zone, balisée, était interdite de pêche pour les besoins de l’enquête toujours en cours. Le patron du Belle Ile devra donc expliquer pourquoi il s’y trouvait et dans quelles circonstances il a remonté tout ou partie du bateau :   "Il a été entendu en audition libre jeudi soir par les gendarmes de la brigade nautique et en est ressorti quelques heures plus tard. Il faut qu’on vérifie notamment pourquoi il était dans cette zone interdite de pêche et si le déroulé des faits est compatible avec ce qu’il explique," précise Raphaël Balland, procureur de la République de Béziers  

Complications dans l’enquête sur le naufrage ?  

Le chalutier et l’épave sont désormais à quai, amarrés dans le port du Grau d’Agde, dans l’embouche du fleuve Hérault, devant la criée. Le procureur Raphaël Balland reconnaît que cela va compliquer les opérations :   "Le relevage était programmé pour septembre 2022, aux frais de l’assureur. Tout est chamboulé : il y a des problèmes techniques, juridiques, je ne sais pas de quelle autorité ça relève maintenant. La priorité va être de savoir qui s’en charge et comment on sort l’épave du port".  

Le relevage était programmé pour septembre 2022, aux frais de l’assureur. Tout est chamboulé

Raphaël Balland, procureur de la République de Béziers

Il ajoute toutefois : « concernant l’enquête de fond initiale sur l’accident, ça va peut-être nous permettre d’accélérer le mouvement pour faire les dernières constatations physiques sur le bateau ». Reste à savoir si l’épave est entière ou partielle et si son remontage dans les filets n’a pas modifié son aspect depuis le naufrage.  

Les zones d’ombre du Romain Luca  

Car l’enquête préliminaire sur le chavirage du Romain Luca est toujours en cours pour « homicides involontaires » et multiples infractions maritimes. Deux frères de 33 et 23 ans qui se trouvaient à bord sont morts noyés. Le plus âgé des matelots était déclaré mais le plus jeune était seulement inscrit à une session de formation qui aurait dû avoir lieu en janvier 2021, soit un mois après le naufrage.  

Quant au patron et capitaine, il avait déjà été verbalisé par la Direction Départementale des Territoires et de la Mer de l’Hérault (DDTM), notamment en janvier 2020, avec déjà le même équipage à bord, ce qui avait provoqué l'ouverture d'une enquête préliminaire par le parquet de Béziers pour « travail dissimulé et exploitation d'un navire sans respecter les conditions du permis de navigation ». Une enquête qui était toujours en cours au moment du naufrage.  

Multiples infractions  

En outre, le bateau ne pouvait embarquer que 2 personnes et non 3 et se trouvait à 10 milles nautiques alors que sa limite de navigation était de 5 milles marins.

En partenariat avec France 3 France Bleu et Make.org

Participez à la consultation citoyenne sur la présidentielle 2022

Faites-vous entendre ! France 3 Régions s'associe à la consultation Ma France 2022, initiée par France Bleu sur la plateforme Make.org. Le but ? Vous permettre de peser dans le débat démocratique en mettant vos idées les plus plébiscitées au centre de la campagne présidentielle.