Collégiennes renversées à Béziers : interpellation du conducteur qui avait pris la fuite

Publié le

Le conducteur, un septuagénaire, qui a renversé deux collégiennes sur un passage piéton à Béziers le 24 novembre dernier a reconnu les faits. Il a été interpellé et placé sous contrôle judiciaire. Son procès aura lieu le 1er février prochain.

Durant sa garde à vue, le conducteur a expliqué les raisons de sa fuite "par la panique, ne sachant pas quoi faire" a annoncé le procureur de la République de Béziers, Raphaël Balland, dans un communiqué de presse.

Le 24 novembre dernier, deux adolescentes de 11 ans ont été percutées sur un passage piéton, devant leur collège, par un véhicule qui a pris la fuite, "sans se soucier de l’état de santé des victimes". L'accident a eu lieu à l'angle des avenues Maréchal Juin et Leclerc, à proximité du centre ville de Béziers.

Les deux collégiennes sérieusement blessées souffraient toutes les deux de traumatismes crâniens et, pour l'une, d'un traumatisme de la hanche. L’une d’elle a eu une incapacité totale de travail (ITT) de deux jours, la seconde d’un jour.

Retrouvé grâce aux caméras de surveillance

Suite à l'accident, les policiers municipaux et nationaux ont été sollicités pour retrouver une Citroën de type C5. Toutes les images de vidéoprotection de la Ville de Béziers ont été visionnées. 

En fin de journée, le jour même de l'accident, un véhicule correspondant à celui recherché était repéré en ville. Le conducteur a été interpellé, il s'agit d'un septuagénaire. Ce dernier a reconnu les faits et affirme "être passé au feu vert et ne pas avoir vu les victimes avant le choc".

À l'issue de sa garde à vue, il a été présenté au parquet le 26 novembre dernier puis a été placé sous contrôle judiciaire par le juge des libertés et de la détention. Le procès aura lieu le 1er février prochain devant le tribunal correctionnel de Béziers.

Jusqu'à 3 ans d'emprisonnement

Le conducteur sera jugé pour "des faits de blessures involontaires par conducteur d'un véhicule, aggravées par le délit de fuite". Bien qu’il n’ait jamais été condamné jusqu’à présent, il encourt jusqu’à trois ans de peine d'emprisonnement, 45 000 € d'amende, l'annulation de son permis de conduire et la confiscation de son véhicule.

D'ici là, l’homme - qui a reconnu les faits - a interdiction de conduire, d’entrer en contact avec les victimes et de paraître à leur domicile. Suite à l’accident, un accompagnement des élèves de la classe des deux victimes avait été mis en place au collège Jean Perrin.

Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité