Cambriolage du Jardin Saint-Adrien à Servian : la famille de Malgouyres veut un droit de visite

Publié le Mis à jour le
Écrit par RD

Depuis le 20 octobre, Daniel Malgouyres est incarcéré à la prison de Béziers. Le propriétaire du Jardin Saint-Adrien, à Servian, n'a pas droit aux visites, ce que ne comprennent pas ses proches. D'autant que les autres personnes incarcérées dans ce dossier complexe, ont, elles, droit aux visites.

Daniel Malgouyres, le propriétaire du Jardin Saint-Adrien de Servian, est en prison à Béziers depuis cinq mois.

Il est soupçonné d’avoir participé à l’organisation du cambriolage de son domicile, le 5 octobre dernier. Pendant ce cambriolage, Daniel Malgouyres a tué l’un des intrus, lui tirant dessus avec un fusil.

Le 8 mars, la cour d’appel de Montpellier a rejeté pour la deuxième fois sa demande de remise en liberté. Les visites lui sont également interdites, ce que sa famille ne comprend pas.



"On reçoit du courrier, mais parfois il est en retard d’un mois et il manque des feuilles. On l’isole complètement. Moralement ça doit être très dur pour lui", raconte Thierry, son frère.

"On souhaite qu’il soit remis en liberté. Ou au moins qu’il ait droit aux visites. Qu’il voie ses enfants, sa femme, son frère, sa sœur. On isole pas quelqu'un comme ça pendant cinq mois."


Et de souligner : "Les agresseurs, eux, ont droit aux visites !"

"Je trouve ça inadmissible", ajoute Magalie Delmas-Malgouyres, la sœur. 

"On ne comprend pas qu’il soit maintenu en prison sans preuves. Dans le dossier, il n’y aucune preuve comme quoi mon frère aurait des relations avec ces fameux cambrioleurs", insiste-t-elle.

"Pour nous, ça ne fait aucun doute qu'il est innocent", renchérit Thierry. 

durée de la vidéo: 00 min 36
Cambriolage du Jardin Saint-Adrien à Servian : la famille de Malgouyres veut un droit de visite ©France 3 Occitanie


Lors de l’audience de demande de remise en liberté, l’avocat de Daniel Malgouyres a demandé à la justice "d’appliquer le principe de prudence", en libérant son client. Mais pour l’avocat général, la prudence est plutôt de laisser Daniel Malgouyres, 68 ans, en prison pour éviter toute concertation avec les différents acteurs dans cette affaire de meurtre.