Coronavirus Hérault : un jeune de 18 ans condamné à 8 mois de prison pour non respect du confinement en récidive

Béziers (Hérault) - le palais de justice - 2017. / © F3 LR I.Bris
Béziers (Hérault) - le palais de justice - 2017. / © F3 LR I.Bris

Verbalisés à 6 reprises en 10 jours pour non respect du confinement,  le jeune homme de 18 ans, résidant à Sérignan, a finalement été condamné à trois mois de prison ferme et cinq de plus pour révocation d'un sursis. Ce sont les gendarmes de Valras qui l'avait interpellé lundi 30 mars, en récidive.

Par Fabrice Dubault


Lundi 30 mars 2020, la brigade de gendarmerie de Valras-Plage dans l'Hérault avait placé en garde à vue un jeune homme de 18 ans demeurant à Sérignan. Il avait été contrôlé et verbalisé à 6 reprises sur la voie publique entre le 20 et le 29 mars, en violation des règles imposant le confinement.
Ce Sérignanais n'avait ainsi tenu aucun compte des amendes et des rappels à l'ordre des gendarmes.

Le jeune homme a expliqué son comportement par le souhait d'aller voir des amis car il s'ennuyait seul à son domicile.
 
 

Un individu déjà bien connu de la justice


Il était déjà connu de la justice pour avoir commis de nombreux délits au cours de sa minorité pour lesquelles il a été condamné en fin d'année 2019 à des peines de sursis avec mise à l'épreuve et des travaux d'intérêts généraux. Il devait être également jugé prochainement pour une conduite d'ivresse.

À l'issue de sa garde à vue, le parquet de Béziers a ordonné la présentation du jeune homme au tribunal judiciaire le mardi 31 mars 2020, en vue d'une comparution immédiate.

Premier jugement et première condamnation en France pour un nouveau délit

Lors de son procès le 1er avril, il a été condamné à trois mois d'emprisonnement avec maintien en détention, auxquel ont été ajoutés cinq mois supplémentaires en révocation d'un sursis prononcé lors d'un précédent jugement au Tribunal pour enfant en novembre 2019.

e jeune contrevenant a été condamné du chef du nouveau délit de «réitération à plus de trois reprises dans un délai de 30 jours de violation des interdictions ou obligation édictées en application de l'état d'urgence sanitaire», délit faisant encourir les peines maximales de six mois d'emprisonnement et 3.750 € d'amende.
 

A lire aussi

Sur le même sujet

Les + Lus