Contrôles lors du couvre-feu : deux voitures volées interceptées à Perpignan

Contrôle de police lors du couvre-feu à Perpignan / © MaxPPP-Frédéric Vennarecci
Contrôle de police lors du couvre-feu à Perpignan / © MaxPPP-Frédéric Vennarecci

Le couvre-feu ne fait pas les affaires des petits délinquants. Deux d’entre eux, circulant à bord de voitures volées ont été arrêtés à Perpignan par les policiers chargés de faire appliquer le couvre-feu dans le cadre de l’état d’urgence sanitaire.

Par Olivier Meyer

Samedi dernier, à 23 h 00, les CRS de Toulouse en renfort sur la circonscription de Perpignan pour faire respecter les mesures de confinement et de couvre-feu destinées à lutter contre la propagation du coronavirus, signalent par radio le refus d’obtempérer commis par le conducteur d’un SUV roulant à vive allure, tous feux éteints.

Un équipage de la section de nuit du commissariat de police repère le véhicule en cause, boulevard Aristide Briand, et après une brève poursuite parvient à l’intercepter.

Le conducteur, un Perpignanais de 37 ans très défavorablement connu des services de police, est interpellé et placé en garde à vue.
Il s’avère que celui-ci conduisait en état d’ivresse et sans permis, une voiture volée.

L’homme a refusé de donner la moindre explication, usant de son droit au silence. Il est convoqué à une date ultérieure devant le tribunal correctionnel pour répondre de ses actes.


Des infractions répétées malgré le couvre-feu

Le même scénario s’est répété ce lundi, à 22 h 30, avenue Julien Panchot, où la BAC a procédé au contrôle d’une voiture dont le conducteur disait s’être déplacé dans le but d’acheter des boissons à la station-service.

Non content de violer manifestement le couvre-feu, ce repris de justice récemment sorti de prison, roulait lui aussi à bord d’un véhicule volé, sans être titulaire d’un permis de conduire valide.

Arrêté et placé en garde à vue, le mis en cause prétend avoir acquis la voiture pour la somme de 250 euros et dit qu’il ignorait son origine frauduleuse. L’enquête se poursuit.

Il est à noter que ce lundi toujours, ce sont encore pas moins de 63 procès-verbaux qui ont été dressés à Perpignan par les forces de l’ordre pour le non-respect des mesures prises dans le cadre de l’état d’urgence sanitaire.
 

A lire aussi

Sur le même sujet

Les + Lus