Cet article date de plus de 3 ans

Hérault : un collégien de Saint-Gervais-sur-Mare agressé sexuellement par un camarade de classe

Un jeune de 12 ans a été victime du "jeu de l'olive". Le viol s'est produit le 4 juin, au collège de Saint-Gervais-sur-Mare, au nord de Béziers. L'élève de 6e a été agressé sexuellement par un de ses camarades aidé d'un autre, en cours de sport. L'auteur des faits a été exclu du collège.
Saint-Gervais-sur-Mare (Hérault) - le collège des écrivains combattants - 2018.
Saint-Gervais-sur-Mare (Hérault) - le collège des écrivains combattants - 2018. © F3 LR

Le jeu de l'olive consiste à mettre un objet dans l'anus d'un camarade à travers ses vêtements. Un jeu évidemment stupide et interdit dans les cours de récréation. Il s'agit souvent de défis lancés sur les reseaux sociaux.

La victime a été agressée avec un morceau de bois par 2 jeunes de 11 ans.

durée de la vidéo: 01 min 26
Saint-Gervais-sur-Mare (34) : un collégien agressé sexuellement par un camarade de classe ©F3 LR

Selon nos confrères de France bleu Hérault, qui ont révélé l'affaire, la victime, plutôt bon élève, a eu un jour d'ITT.  Son médecin traitant a bien constaté l'agression.
Une plainte a ensuite été déposée par ses parents à la gendarmerie de Bédarieux pour agression sexuelle sur enfant de moins de 13 ans. L'enquête est en cours. Cette plainte ne surprend pas certains professeurs du collège.

La mère d'Hugo lance un appel pour que cesse ce jeu, notamment au collège des écrivains combattants de Saint-Gervais-sur-Mare, où plusieurs jeunes victimes ont été recensées, sans plainte jusqu'à celle des parents d'hugo.


L'auteur des faits, très populaire dans son établissement, a été exclu du collège définitivement. Son complice a pris 10 jours d'exclusion.

Le jeune Hugo, très choqué, ne veut plus retourner au collège.
Nos confrères de France bleu Hérault précisent qu'une autre victime, sous traitement neuroleptique, refuse elle aussi de retourner en classe.
 

 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
éducation société faits divers violence jeunesse famille police sécurité jeux internet réseaux sociaux