Hérault : la Confédération paysanne mure la permanence du député LREM Eliaou à Gignac

Gignac (Hérault) - la Confédération paysanne mure l'entrée de la permanence du député LREM Jean-François Eliaou.- 22 mai 2018. / © F3 LR
Gignac (Hérault) - la Confédération paysanne mure l'entrée de la permanence du député LREM Jean-François Eliaou.- 22 mai 2018. / © F3 LR

La Confédération paysanne se mobilise pour peser sur les discussions au parlement concernant la future loi sur l'agriculture. L'étude du projet du gouvernement débute ce mardi. A Gignac, près de Clermont-l'Hérault, des membres du syndicat agricole ont muré l'entrée de la permanence du député Eliaou.

Par Fabrice Dubault


Un groupe de militants de la Confédération paysanne de l'Hérault a muré, ce mardi matin, à Gignac, la permanence du député LREM de la 4e circonscription de l'Hérault, Jean-François Eliaou.
Une action symbolique pour faire entendre leurs revendications dans le cadre de la future loi sur l'agriculture et la viticulture.

La Confédération paysanne héraultaise reproche aux élus, notamment aux députés de la majorité En Marche, de ne pas vouloir discuter avec elle.

Gignac (34) : la Confédération paysanne mure la permanence du député LREM Eliaou
La Confédération paysanne se mobilise pour peser sur les discussions au parlement concernant la future loi sur l'agriculture. L'étude du projet du gouvernement débute ce mardi. A Gignac, près de Clermont-l'Hérault, des membres du syndicat agricole ont muré l'entrée de la permanence du député Eliaou. - F3 LR - Reportage : D;de Barros et N.Chatail

Plutôt qu'une action coup de poing, c'est une piqûre de rappel à l'adresse du gouvernement... et des parlementaires. Notamment ceux comme Jean-François Eliaou qui n'ont pas répondu aux sollicitations de la Confédération paysanne.

Le syndicat réclame un revenu minimum pour les agriculteurs. Pour sauver ce qui peut l'être. C'est ce qu'ils ont expliqué à l'attachée parlementaire du député. Au cours d'un dialogue courtois.
De son côté, Jean-François Eliaou déplore cette action. Pour le député LREM, ce n'est pas une façon de faire, même s'il reconnaît que les revendications de la Confédération sont justifiées.

Plusieurs actions de ce type ont eu lieu dans toute la France, ce mardi, premier jour de discussion parlementaire sur la loi agriculture.

Sur le même sujet

Des détenus nîmois portent plainte contre l'Etat Français à cause de la surpopulation carcérale

Les + Lus