Hérault : l'électricité verte du parc éolien d'Oupia achetée par la RATP

La RATP va acheter à EDF Renouvelables la production de 5 parcs éoliens français pendant 3 ans, ce qui lui fournira 4% de sa consommation électrique. Parmi eux, celui d'Oupia dans l'Hérault où toutes les machines seront remplacées par 9 éoliennes de nouvelle gérération, d'ici à 2023.

illustration
illustration © maxppp Jean-Luc Flémal

Les parcs éoliens de Freyssenet Saint Martin des Besaces (Calvados), Oupia (Hérault), Vanault (Marne), Longue Epine et Fonds de Fresne (Somme) devront produire en 2023, 170 GWh d'électricité, pour la RATP, ce qui représente la consommation annuelle des sept lignes de tramways exploitées dans le Grand Paris.

9 aérogénérateurs neufs à Oupia

Le parc éolien d'Oupia est situé entre Minervois et Caroux, aux confins de l'Hérault à proximité de l'Aude, sur une crête à 250/290 mètres d'altitude. Le site héraultais sera intégralement modernisé d'ici à 2023. Il comptera alors 9 machines neuves de 70 mètres de diamètre pour une puissance unitaire de 2,3MW. Soit un total de 20,7 MW.
Coût : 31 millions d'euros. Ce site de production électrique appartient à EDF Renouvelables.

Les 9 machines actuelles ayant plus de 15 ans seront donc remplacées par des plus modernes, hautes de 110 mètres avec 75 mètres de mât. Leur durée de vie est estimée à 25 ans. Le coût du démantèlement du site ancien devrait être d'environ 500.000 euros.
En 2023, la production annuelle sera autour de 59.000 GWh/an, soit la consommation d'électricité d'une population de 26.000 personnes.

Une RATP avec des transports "plus propres"

Ce contrat, le premier du genre, "témoigne de la volonté du groupe RATP de réaliser des actions concrètes en faveur de la réduction de ses émissions de CO2, avec l'ambition d'élargir la part d'énergies renouvelables à 10% de sa consommation d'électricité globale d'ici 2025", notent les deux groupes.
La RATP s'est donnée pour objectif de réduire de 50% sa consommation de CO2 d'ici 2025, un effort qui passe en particulier par le remplacement, financé par Ile-de-France Mobilités, de ses bus diesel.

 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
énergies renouvelables énergie environnement transition énergétique éolien ratp économie transports