Jour de marché à Saint-André-de-Sangonis : précautions maximales contre le coronavirus

Un marché sous surveillance à Saint-André-De-Sangonis en raison du coronavirus / © Sylvie Bonnet France 3 Occitanie
Un marché sous surveillance à Saint-André-De-Sangonis en raison du coronavirus / © Sylvie Bonnet France 3 Occitanie

Ce vendredi le marché de Saint-André à été maintenu, tout comme ceux de Gignac et Lodève prévus ce samedi dans la vallée de l’Hérault. Des marchés sous haute surveillance où commerçants et clients rivalisent de précautions pour éviter la contagion.
 

Par Sylvie Bonnet confinée à Saint-André-de-Sangonis avec Sandrine Navas

On a hésité avant d’y aller, mais l’appel des produits frais a eu raison de notre appréhension… Ma mère et moi redoublons de vigilance pour faire un tour au marché de Saint-André-de-Sangonis. Toujours nos gants en latex et nos masques périmés. Et cette fois on s’habille de vestes peu fragiles pour les passer à la machine dès qu’on rentrera. La veille, mon neveu ambulancier dans l’Aveyron nous a mis en garde contre la ténacité du virus sur les textiles.
 
Masque et gants pour aller se ravitailler au marché de Saint-André / © Sylvie Bonnet France 3 Occitanie
Masque et gants pour aller se ravitailler au marché de Saint-André / © Sylvie Bonnet France 3 Occitanie


Des barrières Vauban autour des légumes


Bonne surprise en arrivant sur la place. Les étals sont bien là mais plus personne ne fait comme si de rien n’était. Michèle et Michel, les marchands de légumes du village, ont installé avec la police municipale un dispositif impressionnant : pas question de toucher aux légumes, des barrières Vauban l'interdisent aux clients.
 
Michèle et Michel à bonne distance des clients pour peser les légumes / © Sylvie Bonnet France 3 Occitanie
Michèle et Michel à bonne distance des clients pour peser les légumes / © Sylvie Bonnet France 3 Occitanie

 Ce sont les commerçants, gantés, qui remplissent les cabas. Le service est un peu plus long, mais les Saint-Andréens forment d’eux-mêmes une longue file très espacée pour éviter la contagion.


La police municipale veille


Depuis le début de matinée, les deux policiers municipaux de service font la navette entre le marché et le supermarché du coin pour vérifier les attestations sur l’honneur et le « civisme » des villageois.
 
La police municipale vérifie les attestations des clients du marché. / © Sylvie Bonnet France 3 Occitanie
La police municipale vérifie les attestations des clients du marché. / © Sylvie Bonnet France 3 Occitanie

Un seul, Philippe, possède un masque. C’est donc lui qui s’arrête auprès de chacun pour demander le papier magique. Pas « d’incivilité » à déplorer.
 

Charcutier et volailler à bonne distance dans leurs camions


On s’arrête ensuite chez Elodie. Ses produits fermiers viennent d’Aveyron. La jeune femme conserve son sourire sous son masque et sa patience lorsque je m’agace d’un client un peu trop près de nous à mon goût.
 
Elodie la volaillère gantée et masquée / © Sylvie Bonnet
Elodie la volaillère gantée et masquée / © Sylvie Bonnet

Mais la marchande de volailles et d’agneau est inquiète : les marchés viennent d’être interdits à Millau et Rodez. Pourvu que l’Hérault ne prenne pas la même décision. Avec son masque, ses gants et toutes ces précautions, Elodie ne comprend pas. Pour elle, les supermarchés ne sont pas plus sûrs…. En tout cas, la volaillère espère être au marché de Lodève samedi.
 
Ardoise avec les consignes (personnalisées) du charcutier fromager / © Sylvie Bonnet
Ardoise avec les consignes (personnalisées) du charcutier fromager / © Sylvie Bonnet

Même incertitude pour Dani. Le charcutier-poète de Rougean a pris sa plus belle craie pour rappeler sur l’ardoise les consignes anti-contagion. Et ses clients sont dociles.
 
File d'attente à distance et un seul client devant le camion / © Sylvie Bonnet
File d'attente à distance et un seul client devant le camion / © Sylvie Bonnet

Mais le charcutier se démène au téléphone avec les autorités depuis le début de la semaine pour tenter de savoir quel marché sera autorisé ou non. Difficile d’avoir une visibilité même à court terme. Et les éleveurs qui le fournissent sont dans la même incertitude. « Le cochon n’attend pas…quand c’est la saison de l’abattage, il faut y aller » nous explique Dani.


Du film alimentaire pour taper son code


De peur que ce ne soit le dernier marché on s’approvisionne un peu plus : un fromage de brebis entier, des fricandeaux et de la tome.  On va payer lorsque Dani sort son film alimentaire… Son lecteur de carte bancaire ne fait pas le « sans contact »….alors par précaution, le charcutier l’emballe à chaque paiement pour éviter toute contagion entre ses clients.
 
Lecteur de carte bancaire plastifié par mesure d'hygiène sur le marché. / © Sylvie Bonnet
Lecteur de carte bancaire plastifié par mesure d'hygiène sur le marché. / © Sylvie Bonnet

Nous rentrons du marché plutôt rassurées par la vigilance de tous. Mais pour laisser encore moins de chance au virus, on va entreposer nos denrées pendant plus de 24h avant de les consommer.

 

A lire aussi

Sur le même sujet

Les + Lus