• FAITS DIVERS
  • MÉTÉO
  • POLITIQUE
  • ECONOMIE
  • SOCIÉTÉ
  • SPORT

Les enfants d'une famille de djihadistes de Lunel n'ont pas été rapatriés

Saïda et l'un de ses enfants retenus dans un camp en Syrie. / © F3LR
Saïda et l'un de ses enfants retenus dans un camp en Syrie. / © F3LR

Nihad ( 9 ans) et Salman ( 3 ans) les enfants de Saïda,  partie rejoindre un djihadiste de l'état islamique en 2015 en Syrie, n'ont pas fait partie du convoi des cinq mineurs  qui se trouvaient dans les camps du nord-est de la Syrie et qui ont été rapatriés en France.

Par Josette Sanna

Saïda, mère de Nihad et de Salman aurait donné son accord pour que ses enfants rentrent en France sans elle. Pourtant les deux mineurs âgés de 9 et 3 ans n'ont pas fait partie du convoi des enfants de djihadistes récemment rapatriés par les autorités françaises.

Le combat pour leur retour

Pourtant leur famille, qui vit à Lunel se bat pour leur retour.
En novembre dernier, Sophie Mazas, leur avocate lancé un appel aux autorités pour alerter sur les problèmes sanitaires et alimentaires auxquels sont confrontés ces enfants retenus dans des camps kurdes au nord de la Syrie.

La mère de Nihad et Salman a quitté la France en 2015 avec son premier enfant et a accouché du 2e en Syrie.

Vulnérables

Etant donné les conditions de vie sur place, la mère de famille souhaite à présent que ses enfants rentrent à Lunel.
Son avocate, qui a insisté sur la vulnérabilité de ces enfants se bat pour cela depuis des mois.

L'annonce de leur "non-retour" a été vécue par leur famille comme une violente déception.
 
En octobre dernier, nous avions rencontré le frère de la jeune femme, son avocat s'était rendu au quai d'Orsay.
Non retour enfants djihadistes Lunel
Nihad ( 9 ans) et Salman ( 3 ans) les enfants de Saïda,  partie rejoindre un djihadiste de l'état islamique en 2015 en Syrie, n'ont pas fait partie du convoi des cinq mineurs  qui se trouvaient dans les camps du nord-est de la Syrie et qui ont été rapatriés en France. En octobre nous avions rencontré Youssef, frère de Saïda. Nous avions rencontré son frère en cotobre dernier - F3LR - B. Bock. S. Taponier

A lire aussi

Sur le même sujet

Montpellier : premiers résidents de l'Arbre blanc

Les + Lus