• FAITS DIVERS
  • MÉTÉO
  • POLITIQUE
  • ECONOMIE
  • SOCIÉTÉ
  • SPORT

L'Agence régionale de santé de Montpellier va-t-elle perdre 100 emplois ? Non affirme l'ARS.

illustration / © F3 LR
illustration / © F3 LR

Notre confrère Midi Libre publie ce matin un document de l'ARS faisant état d'une réduction d'effectif de 100 emplois à Montpellier suite à la fusion des deux régions. Démenti formel de l'Agence régionale de santé.

Par Laurence Creusot

"Nous sommes dans un plan de réorganisation et il n'est pas question de restructuration". Les responsables de la communication de l'ARS à Toulouse sont assez agacés par les annonces de suppressions d'emploi qui accompagnent la fusion des deux entités de Midi-Pyrénées et de Languedoc-Roussillon.

Ce matin dans les colonnes de Midi-libre un document interne à l'ARS  fait état selon nos confrères, de la suppression de 100 emplois  à Montpellier contre 35 à Toulouse. Alors que le siège grande région de l'A.R.S. sera bien installé en Languedoc-Roussillon suite à la fusion des deux régions, le 1er janvier prochain.

"Nous ne sommes pas dans un régime de concurrence explique la direction de la communication de l'ARS àToulouse. Le 1er janvier 2016, il y aura deux structures complémentaires. Sans suppression d'emploi. Sans mobilité forcée."

Un communiqué de presse de la directrice Monique Cavalier devrait suivre dans la journée pour démentir toute suppression de poste.
"Si ce document existe, il a été mal interprété" précise la direction de la communication.

800 postes en tout

Selon l'ARS Midi-Pyrénées l'effectif des deux entités est de 800 personnes avec la moitié des postes répartis dans les entités départementales. Ces 400 postes resteront déployés sur tout le territoire. Restent les 400 salariés de Toulouse et Montpellier. Sans vouloir donner des chiffres précis l'ARS assure que l'équilibre entre l'agence de Toulouse et celle de Montpellier sera préservé.

Le communiqué de presse de l'ARS

L’Agence Régionale de Santé travaille actuellement à un projet d’organisation dans le contexte de la future grande région Languedoc-Roussillon - Midi-Pyrénées.
Dans ce cadre, il est acté depuis le début des travaux de préfiguration que tous les personnels trouveront une affectation sur le site géographique où ils souhaitent rester.
Le projet précis d’organisation fait l’objet actuellement d’une concertation à l’issue de laquelle il sera présenté, première quinzaine de novembre.

Sur le même sujet

Sète : l’air pollué aux particules fines par les bateaux de croisière

Les + Lus