L’apprentissage en échec à Montpellier

Un employé et un apprenti d'une entreprise de maçonnerie / © F3 LR
Un employé et un apprenti d'une entreprise de maçonnerie / © F3 LR

De plus en plus de jeunes montpelliérains veulent faire une formation en apprentissage. Mais les professions artisanales sont en crise. Et ce sont les apprentis qui en pâtissent. Reportage.

Par Zakaria Soullami

La région enregistre une baisse de 18% des contrats d'apprentissage

En Languedoc-Roussillon, le nombre de jeunes qui postulent pour faire une formation en apprentissage est croissant. Travailler sur le terrain et plus seulement dans des salles de classe avec un rythme de 3 semaines en entreprise et une semaine à l'école, cela séduit de plus en plus de jeunes. Mais le nombre d'entreprises qui embauchent des apprentis va decrescendo. Un CFA (centre de formation d'apprentis) de l'Héault a perdu 100 apprentis entre l'année 2012 et l'année 2013, ce qui correspond à plus d'un dixième de son effectif. Les formations les plus touchées sont la maçonnerie et l'électricité. 

Crise économique et concurrence déloyale

L'une des explications de cette baisse de contrats d'apprentissage est la conjoncture économique. Les artisans assurent avoir moins de travail notamment parce que les marchés publics sont en baisse. Les professions artisanales dénoncent par ailleurs la concurrence déloyale que constitue la main d'oeuvre étrangère, une main d'oeuvre "low cost". Employer un apprenti est censé être une solution économique mais les artisans affirment que la main d'oeuvre étrangère coûte encore moins cher qu'un apprenti.

Les entreprises hésitent beaucoup plus avant de faire signer un apprenti

Employer un apprenti est un vrai engagement pour une entreprise. Un engagement de deux ans. Cela conduit de nombreux artisans à ne plus embaucher du tout d'apprentis. Selon Bernard Maurin, président de la CAPEB (Confédération de l'Artisanat et des Petites Entreprises du Bâtiment) et de l'UPA (Union Professionnelle Artisanale), les artisans traversent une grave crise. "Si ça continue comme ça, les artisans ne pourront plus prendre d'apprentis parce qu'ils n'existeront plus."

Les professions artisanales estiment ne pas être entendues par le gouvernement sur la question de la concurrence déloyale. Elles manifesteront demain à Montpellier.

Reportage dans une entreprise de maçonnerie montpelliéraine


Les professions artisanales embauchent moins d'apprentis
Reportage de J. Gaussen et F. Jobard

 

Sur le même sujet

Réactions d'usagers des finances publiques de l'Hérault

Les + Lus