Capitale de la future grande région : les élus du Languedoc-Roussillon divisés

Toulouse, capitale régionale provisoire ? Chez de nombreux élus du conseil régional du Languedoc-Roussillon, la confirmation de cette nomination ne passerait pas.

Réunis le 24 juillet, les élus du conseil régional du Languedoc-Roussillon ont voté contre la nomination de Toulouse comme capitale régionale.
Réunis le 24 juillet, les élus du conseil régional du Languedoc-Roussillon ont voté contre la nomination de Toulouse comme capitale régionale. © France 3 LR
Quelle ville sera la capitale de la future grande région Midi-Pyrénées-Languedoc-Roussillon ? Selon un sondage paru dimanche 26 juillet dans le Journal du dimanche, 58 % de ses habitants voteraient pour Toulouse, contre 41 % pour Montpellier. Reste que ce sera au gouvernement de trancher, puisqu'il doit donner, dans la semaine, le nom des capitales provisoires qu'il a choisies.

© Le JDD

La perspective que Toulouse soit nommée chef-lieu provisoire passe mal auprès des élus Languedoc-Roussillon. Réunis en séance plénière le 24 juillet, ils ont voté une motion de défiance contre cette nomination.

Tandis que Bertrand Monthubert, candidat du Parti socialiste sur la liste de Carole Delga refuse d'y voir un "déclassement pour la métropole qui n'abriterait pas le chef-lieu", Dominique Reynié, tête de liste Les Républicains-UDI aux élections régionales, dénonce une "improvisation permanente".

"La clé, c'est de suspendre la fusion et de demander aux citoyens d'en débattre au cours de la campagne électorale (régionale de décembre prochain, NDLR)", soutient Dominique Reynié, tête de liste LR-UDI.


durée de la vidéo: 01 min 52
Capitale de la future grande région : les élus divisés

 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
politique économie philippe saurel parti socialiste élections régionales élections fusion des régions réforme territoriale