• FAITS DIVERS
  • MÉTÉO
  • POLITIQUE
  • ECONOMIE
  • SOCIÉTÉ
  • SPORT

Feria d’Arles : les premiers pas de jeunes toreros biterrois et arlésiens

A la Féria d’Arles, des apprentis toreros des écoles de Béziers et d’Arles se sont produits devant le public, dans des arènes spécialement mises en place pour eux - 16 avril 2017 / © France 3 PACA
A la Féria d’Arles, des apprentis toreros des écoles de Béziers et d’Arles se sont produits devant le public, dans des arènes spécialement mises en place pour eux - 16 avril 2017 / © France 3 PACA

A la Feria d’Arles, des apprentis toreros des écoles de Béziers et d’Arles se sont produits devant le public, dans des arènes spécialement mises en place pour eux. Des arènes mobiles, sans picador, sans mise à mort, cela s’appelle des capéas.

Par Joane Mériot

C’était l’un des événements de ce week-end de Pâques, la féria d’Arles. La corrida de ce dimanche 16 avril, la plus célèbre de la saison, a réuni plus de 12.000 personnes.

Mais c’était aussi l’occasion pour des apprentis toreros de l’école taurine d’Arles et de Béziers de se produire pour la première fois devant un public.
C’est dans des arènes portatives que les jeunes toreros vivent leurs premières grandes émotions, c’est-à-dire des arènes mobiles sans picadot et sans mise à mort. C’est là qu’ils apprennent à maitriser la peur.

Cela s’appelle des capéas, des spectacles de jeunes en apprentissage.


La peur fait partie de la tauromachie, c’est ce qui permet de pouvoir s’exprimer, celle-ci s’efface au bout de deux ou trois passes de capes, elle s’efface petit à petit


Les arènes portatives c’est le passage obligatoire des toreros en apprentissage. En formation depuis quelques mois et pour quelques années encore, ils ont déjà tous choisi leur surnom : Perla Morena, El José ou encore Axelito…

Pour ceux qui décident de continuer leur formation de toreros, elle va durer encore une dizaine d’années.

Le reportage d'Hélène Bouyé et Virginie Danger 

Feria d’Arles : les premiers pas de jeunes toreros biterrois et arlésiens
A la Féria d’Arles, des apprentis toreros des écoles de Béziers et d’Arles se sont produits devant le public, dans des arènes spécialement mises en place pour eux. Des arènes mobiles, sans picador, sans mise à mort, cela s’appelle des capéas. - France 3 LR - Hélène Bouyé et Virginie Danger

Sur le même sujet

"Essai clinique sauvage" : plutôt une "étude scientifique" pour Henri Joyeux

Les + Lus