Licenciement de Dominique Navarro : le PS, condamné, pourrait faire appel

La femme du sénateur Robert Navarro contestait son licenciement de son poste de permanente à la fédération socialiste de l'Hérault. Hier, le tribunal des prud'hommes a donné raison à Dominique Navarro. Le PS étudie l'éventualité d'un appel.

© F3 LR
30000 euros : c'est le montant des indemnités que devrait percevoir Dominique Navarro. L'épouse du sénateur Divers Gauche Robert Navarro contestait son licenciement de la fédération héraultaise du PS. Les prud'hommes lui ont donné raison, jugeant ce licenciement sans cause réelle ni sérieuse. Mais le tribunal n'a pas pour autant ordonné la réintégration de Dominique Navarro.

L'avocat du PS favorable à un appel

La question est maintenant de savoir ce que fera le Parti Socialiste. Hussein Bourgi, secrétaire départemental, a indiqué vouloir prendre connaissance de l'intégralité du jugement avant de décider d'un éventuel appel. L'avocat de la fédération PS de l'Hérault, Maître Luc Abratkiewicz, se montre plus résolu : "Je pense que je vais inviter le PS à faire appel car il y a un vrai débat juridique: les prud'hommes donnent raison à Mme Navarro pour une question de prescription et je pense qu'ils ont tort".

Mise en examen pour abus de confiance

Dominique Navarro avait été remerciée de son poste de permanente après la mise sous tutelle de la fédération socialiste de l'Hérault, en 2011. Avec son mari, le sénateur Robert Navarro, elle reste mise en examen pour abus de confiance. Le PS avait porté plainte sur la base de soupçons d'irrégularités comptables, notamment le paiement de 80000 euros de billets d'avion, suggérant d'éventuels détournements de fonds. Robert Navarro était à l'époque le premier secrétaire de la fédération. Le Parquet de Montpellier a requis le renvoi du couple en correctionnelle dans cette affaire pénale.

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
justice politique