• FAITS DIVERS
  • MÉTÉO
  • POLITIQUE
  • ECONOMIE
  • SOCIÉTÉ
  • SPORT

Ligue 1 : Montpellier et Saint-Etienne en embuscade pour l'Europe

Montpellier - Anthony Mounier - octobre 2013. / © AFP PHOTO / PASCAL GUYOT
Montpellier - Anthony Mounier - octobre 2013. / © AFP PHOTO / PASCAL GUYOT

Saint-Etienne a l'occasion de ravir la 4e place de la Ligue 1 à Marseille, ce dimanche au stade Geoffroy-Guichard à 14H00, en cas de victoire sur Montpellier, 7e du classement qui reste aussi en embuscade pour une qualification en Europa League. De son côté, le MHSC doit l'emporter.

Par Fabrice Dubault


A égalité de points avec l'OM, les Stéphanois ne cachent pas non plus leur ambition d'accrocher la troisième marche du podium qui leur donnerait une qualification pour les barrages de la Ligue des Champions. L'ASSE n'a que deux points de retard sur Monaco, 3e.

Dans cette optique d'aller chercher le podium ou prendre la 4e place qui permettrait d'épargner un tour préliminaire en Europa League, ses propos sonnent comme une évidence. "Il faut faire le plein à domicile et en grappiller à l'extérieur", dit l'entraîneur des verts, estimant que "Montpellier viendra sans pression".
"Cette équipe peut compter sur l'expérience et la malice de son entraîneur, Rolland Courbis", poursuit Galtier mettant en garde contre un adversaire "en forme et en confiance en 2015".

Toutefois, Montpellier est inconstant, capable de perdre à Toulouse et sur le terrain d'Evian/Thonon (1-0) et d'obtenir un bon résultat nul à Monaco en match en retard (0-0), le 7 avril.

Nous avions disputé l'aller sur un terrain injouable (à l'Altrad Stadium, 0-2). Les Verts avaient marqué deux buts en trois corners. Maintenant, nous avons l'intention de leur poser des problèmes chez eux mais cela dépendra du visage affiché. Si c'est celui constaté à Toulouse ou Evian/Thonon, nous n'avons aucune chance. Si c'est celui vu à Monaco, ce sera compliqué pour les Stéphanois", détaille Rolland Courbis.

Son ambition est de prendre "cinq points au minimum sur quinze possibles pour nous mettre à 57" d'ici la fin de saison.

Alors que le président Louis Nicollin verrait d'un bon oeil une qualification en Europa League, Courbis craint une incapacité à concilier les compétitions nationales et européennes: "Il me semble que ce serait trop tôt pour nous".

"Le match contre Rennes (le 2 mai) serait une sorte de finale et pourrait nous permettre de terminer au pire des cas, 8e. Ce serait alors une superbe saison avant les trois derniers matches, à Lens, contre Paris et à Bordeaux où, selon les résultats, nous pourrions avoir une autre finale avec en perspective une qualification européenne", poursuit l'entraîneur montpelliérain.


"Avec un tour préliminaire fin juillet, 48 heures avant la première journée du prochain championnat, nous fêterions cette bonne nouvelle et moi le premier. Je déclencherai la ola", ironise-t-il.
L'attaquant Anthony Mounier voit avec ce match à Saint-Etienne "l'occasion de frapper un grand coup". "Mon objectif est d'aller chercher la 6e place encore jouable pour couronner une belle saison pour tout le monde", affirme le Montpelliérain.

Le milieu offensif Anthony Mounier, auteur de sept buts et sept passes décisives, "s'éclate cette saison" après des débuts difficiles à Montpellier, qu'il pourrait quitter au terme de la saison

Dans un entretien à l'AFP, le joueur de 27 ans explique son renouveau et évoque les ambitions montpelliéraines à la veille du déplacement à Saint-Etienne dimanche (14h00) lors de la 34e journée de Ligue 1.

Q: Sept buts, sept passes décisives, est-ce que l'on a retrouvé le vrai Anthony Mounier ?
R: "J'ai connu un an et demi difficile à mon arrivée à Montpellier. Ensuite, avec la venue du coach (Rolland Courbis Ndlr), j'ai retrouvé petit à petit mon niveau. Cette saison, je m'éclate, je prends du plaisir et qui plus est je suis décisif. Comme je me sens bien sur le plan physique, je peux exprimer mon potentiel. Dans un coin de ma tête, j'espère dépasser la barre des huit buts inscrits lors de ma dernière saison à Nice.".

Q: Comment avez-vous remonté la pente ?
R: "Il y a eu une prise de conscience personnelle à la suite de diverses discussions. J'ai parlé avec le coach, mais aussi avec Bruno Carotti (directeur sportif Ndlr). Contrairement à mes deux premières saisons, où je me suis blessé, j'ai fait une bonne préparation. J'ai retrouvé mon niveau, je suis même meilleur que quand je suis arrivé de Nice. Notre victoire à Marseille, où j'ai inscrit un but et réussi une passe, a été un déclic. Ce match m'a permis d'avoir une énorme confiance et de me lâcher.".

Q: A un an de la fin de votre contrat, désirez-vous partir ?
R: "J'entends partout que je vais partir. Partir pour partir ne m'intéresse pas d'autant que rien n'est urgent à un an de la fin de mon contrat. Si tout le monde y trouve son compte on partira. S'il faut rester une année de plus, je resterai car je ne suis pas pressé. J'ai fait le tour en France, il serait bien de vivre une expérience à l'étranger. Je suis plus attiré par l'Angleterre et plus particulièrement l'Allemagne : stades pleins, infrastructures au top, championnats attrayants. Stambouli et Cabella m'ont dit que la Premier League était un championnat exceptionnel. C'est plus dur en Italie et en Espagne pour avoir son salaire tous les mois.".

Q: N'avez-vous pas envie de relever le défi dans un club français qui joue l'Europe ?
R: "Je suis assez lucide sur mes capacités. Je ne suis pas sûr que Paris, Monaco, voire Marseille ou Lyon, qui misent sur des jeunes, soient intéressés. Comme les clubs qui pourraient me faire progresser ne sont pas intéressés, l'éventuel départ passe par l'étranger.".

Q: Qu'attendez-vous de ce match à Saint-Etienne ?
R: "On a l'occasion de frapper un grand coup. Si on parvient à faire un résultat à Saint-Etienne, on pourra se dire que l'on est capable d'aller chercher quelque chose. On peut le faire d'autant que l'on retrouve tous un peu les jambes après un passage un peu difficile. On n'a pas de pression particulière dans la mesure où la saison est en partie réussie. On peut seulement bien la finir si on décroche cette 6e place (qui pourrait être européenne en fonction des clubs titrés en fin de saison).".

Montpellier va à Saint-Etienne avec la même équipe qu'à Caen et Bérigaud en remplaçant

L'entraîneur Rolland Courbis "n'apportera qu'un seul changement" dimanche à Saint-Etienne à l'équipe qui s'est imposée face à Caen (1-0) en laissant l'attaquant Kevin Bérigaud sur le banc des remplaçants. Pour suppléer l'ancien joueur d'Evian-Thonon, il hésite entre deux milieux de terrain: Joris Marveaux et Paul Lasne.
Courbis n'emmènera qu'un groupe de seize joueurs, laissant le gardien remplaçant Jonathan Ligali au service de la "réserve". Le jeune portier Dimitry Bertaud effectuera sa première apparition sur le banc en Ligue 1. Montpellier déplore l'absence du milieu de terrain Morgan Sanson, qui sera opéré en début de semaine prochaine d'une rupture des ligaments croisés du genou droit contractée il y a quinze jours à Toulouse.

Montpellier : "Mais qui peut-on doubler?", demande Rolland Courbis

L'entraîneur de Montpellier Rolland Courbis estime que son équipe est à sa place en 7e position de Ligue 1, avant le déplacement à Saint-Etienne, et "ne voit pas" qui elle pourrait doubler pour accrocher la 6e place, potentiellement européenne.

Q: Ce match à Saint-Etienne est-il déterminant pour une qualification européenne ?
R: "Sans vouloir me répéter, cela me semble être une année trop tôt. Je regarde notre calendrier, je regarde la valeur de nos adversaires, je vous trouve sympathique et optimiste à notre égard. Mais qui peut-on doubler? Je ne vois pas. Avec un staff compétent, un énorme groupe, un stade magnifique et un budget extraordinaire, Lille (8e) est en train de revenir. Le match face à Rennes sera une espèce de finale où nous pourrons le mettre définitivement derrière nous et terminer dans le pire des cas à la 8e place. Et ce serait une superbe saison. Ensuite, il nous resterait trois matches, à Lens, devant Paris et à Bordeaux. Ces prochains résultats peuvent faire en sorte que l'inauguration du nouveau stade à Bordeaux nous offre une finale pour la qualification en Europa League. Avec un tour préliminaire, fin juillet, quarante-huit heures avant la première journée, on fêterait cette bonne nouvelle. Moi le premier. Je déclencherais même la ola.".

Q: Quelle impression vous laisse cette équipe de Saint-Etienne ?
R: "Quel que soit l'adversaire, je regarde le banc. Quand on regarde l'équipe de Saint-Etienne, plus le banc et les joueurs à l'infirmerie, cela fait un effectif de qualité et de quantité, avec tous les postes doublés. C'est un effectif adroitement construit pour jouer sur plusieurs tableaux. On peut rivaliser avec Saint-Etienne sur un match, sur 38 matches cela paraît compliqué. Surtout que nous venons de perdre l'un de nos meilleurs joueurs, Morgan Sanson. Le match aller, joué sur un terrain injouable, est l'un de nos mauvais souvenirs. Saint-Etienne avait su gagner ce match, en marquant deux buts en trois corners. Maintenant, on a l'intention de leur poser des problèmes chez eux. On peut le faire, mais cela dépendra du visage que l'on affiche. Si on a le visage montré à Toulouse ou Evian, on n'aura aucune chance. Si on a le visage affiché à Monaco, et si en plus on a un penalty que l'on met au fond, ce sera compliqué pour les Stéphanois".

Q: Saint-Etienne peut-il accrocher le podium ?
R: "Il reste quinze points à prendre avant la fin de saison. Combien peut-on en prendre? On espère en prendre au moins cinq pour nous mettre à 57 points, et se dire qu'il aurait fallu être meilleur à Toulouse ou Evian pour atteindre les 60 points. Mais on serait content de nos 57 points. Saint-Etienne fait les calculs d'une manière différente. S'ils réussissent quatre victoires et un nul, ce qui n'est pas impossible au regard de leur calendrier, il faudra suivre les autres résultats, notamment le match entre Marseille et Monaco (36e journée, ndlr), décisif pour la 3e place. Saint-Etienne sera-t-il éliminé à ce moment-là de la course à la 3e place? Je ne pense pas. Mais pour viser cette 3e place, ils doivent d'abord nous battre. Pour l'instant, on n'est pas tout à fait d'accord".

Propos recueillis en conférence de presse par l'afp.

A lire aussi

Sur le même sujet

Incendies dans le Gard : la circulation perturbée

Les + Lus