Loi Travail : les syndicats mobilisés à Montpellier, le préfet appelle au calme et à la raison

La colère est repartie de plus belle contre la loi Travail après le passage en force du gouvernement, mardi, à l'Assemblée. Manuel Valls a brandi le 49-3 mais la partie n'est pas finie annoncent les syndicats qui appellent à la mobilisation dès jeudi à Montpellier. Le préfet lui tempère et explique.


La déclaration, mardi, du Premier ministre devant la représentation nationale a jeté un véritable trouble dans les rangs socialistes, même chez les plus fidèles. L'utilisation du 49-3 pour faire voter la loi Travail fait débat.

Christian Assaf, député PS de l'Hérault affirme "J'ai pensé que dans les discussions, on pouvait faire évoluer ce texte pour en faire un texte protecteur pour les salariés. Le 49-3 met un terme à ces débats. Je le regrette. (...) Je n'ai pas mené bataille contre Manuel Valls mais pour améliorer ce texte de loi, donc la question de faire tomber le gouvernement ne se pose pas".


Côté syndical, la défiance contre le gouvernement et les Parlementaires est de plus en plus présente. C'est une colère extrêmement froide qui gronde à la CGT. Le gouvernement n'est plus légitime selon Solidaires. L'utilisation du 49-3 est un déni de démocratie pour Force Ouvrière.

Parfaitement informé sur ce climat social "effervescent", le ministre de l'Intérieur a fait réagir ses préfets.
A Montpellier, le préfet de l'Hérault, Pierre Pouëssel, a lancé un appel au calme et à la raison, avant les prochaines contestations, tout en réaffirmant le droit à manifester.

Prochain rendez-vous social, ce jeudi, avec un rassemblement devant la préfecture de Montpellier et surtout les 17 et 19 mai, jours de grèves à l'appel des syndicats opposés à la loi Travail.

Reportage F3 LR : E.Jubineau et F.Detranchant ©F3 LR

 

L'actualité "Économie" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
L'actualité "Économie" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
choisir une région
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité