A Pézenas, une avenue en hommage aux policiers tués à Magnanville

Une avenue de Pézenas porte les noms des policiers tués à Magnanville, Jean-Baptiste Salvaing est originaire la ville héraultaise - 13 juin 2017 / © France 3 LR
Une avenue de Pézenas porte les noms des policiers tués à Magnanville, Jean-Baptiste Salvaing est originaire la ville héraultaise - 13 juin 2017 / © France 3 LR

La ville de Pézenas a décider de rendre hommages au couple de policiers tués à Magnanville, en région parisienne, en baptisant de leurs noms l'avenue où se situent les locaux de la gendarmerie nationale. L'un deux, Jean-Baptiste Salvaing était originaire de la ville de Pézenas. 

Par Joane Mériot

Il y a un an exactement, Jean-Baptiste Salvaing et sa compagne Jessica Schneider étaient victimes d’un acte terroriste dans leur maison à Magnanville, en banlieue parisienne.



La ville de Pézenas, dans l'Hérault, d’où est originaire Jean-Baptiste Salvaing a décidé de leur rendre hommage en baptisant de leurs noms la voie où se situent les locaux de la gendarmerie nationale et du centre de secours.

Jean-Baptiste Salvaing est né à Pézenas et a fait toute sa scolarité dans cette ville jusqu'à son bac, il est ensuite parti faire ses études en région parisienne. Toute sa famille vit encore à Pézenas. 


Le reportage de Sébastien Banus et Nicolas Chatail

A Pézenas, une avenue en hommage aux policiers tués à Magnanville
La ville de Pézenas a décider de rendre hommages au couple de policiers tués à Magnanville, en région parisienne, en baptisant de leurs noms l'avenue où se situent les locaux de la gendarmerie nationale. L'un deux, Jean-Baptiste Salvaing était originaire de la ville de Pézenas.  - France 3 LR - Sébastien Banus et Nicolas Chatail

 

Le 13 juin 2016, Jean-Baptiste Salvaing, âgé de 42 ans, a été tué à coups de couteau devant son domicile de Magnanville, par Larossi Abballa, 25 ans, condamné en 2013 pour participation à une filière jihadiste.
L'assaillant a ensuite séquestré la compagne du policier Jessica Schneider, 36 ans, agent administratif du commissariat voisin de Mantes-la-Jolie, qu'il a égorgée, et leur petit garçon de trois ans et demi, retrouvé choqué mais indemne.

A lire aussi

Sur le même sujet

Max Brail, maire de Lastours, regrette le manque de soutien de la part de l'Etat

Les + Lus