• FAITS DIVERS
  • MÉTÉO
  • POLITIQUE
  • ECONOMIE
  • SOCIÉTÉ
  • SPORT

Le poisson d'avril de Courbis à Nicollin : “je ne vais pas pouvoir rester à la fin de la saison”

Montpellier - conférence de presse pour l'arrivée (le retour) de Rolland Courbis - 9 décembre 2013. / © AFP PHOTO / PASCAL GUYOT
Montpellier - conférence de presse pour l'arrivée (le retour) de Rolland Courbis - 9 décembre 2013. / © AFP PHOTO / PASCAL GUYOT

Louis Nicollin a eu des sueurs froides, ce mardi matin, quand il a reçu un appel téléphonique de Rolland Courbis. L'entraîneur du MHSC lui annonçait qu'il partait de Montpellier, en fin de saison. Loulou a cru à une tentative de (re)négociation de salaire ou de prime. C'était un poisson d'avril.

Par Fabrice Dubault


Rolland Courbis, l'entraîneur du MHSC aime rire. Et en ce 1er avril, c'est Louis Nicollin, qui a fait les frais de la blague du jour.

Selon nos confrères du site mlactu.fr, et un article de Marie Boris, coach Courbis a ainsi appelé Louis Nicollin, ce mardi matin, vers 9h45.

"Président, je sais que la période est compliquée, mais nous allons nous sauver" (ndlr: le MHSC va rester en ligue 1), a-t-il commencé. "En revanche, il faudrait que l’on se voit dans les prochains jours, si vous le voulez bien", a poursuivi Courbis au téléphone avec Loulou. De quoi inquiéter sérieusement le président Nicollin. Qui a apparemment cru, dans un premier temps, que Rolland Courbis allait lui demander une augmentation en cas de maintien…

“Non, mais j’ai déjà le salaire de l’autre là, que je continue à payer tous les mois, alors non, pas la peine de se voir”, lui a alors répondu Nicollin. Et là, Courbis a enchaîné, avec sa gouaille habituelle et son art de jouer la comédie. “Ce n’est pas ça, président, j’en ai déjà parlé à Michel (Mézy, le conseiller du président Nicollin, NDLR), je sais qu’il ne vous en a pas encore parlé, mais justement, je ne vais pas pouvoir rester à la fin de la saison”, a assuré Courbis. Stupéfaction de Louis Nicollin, grand silence au téléphone. Et coup de gueule : “Ah ouais, tu as trouvé mieux, c’est ça, maintenant que Monsieur a son diplôme d’entraîneur, Monsieur se prend pour un entraîneur !” C’est mal connaître Courbis que de croire qu’il s’est arrêté là. Voyant que son poisson d’avril fonctionnait à merveille, il en a ajouté une couche : “Pas du tout, président, justement, j’arrête, parce que cette fois, je vais vraiment faire du cinéma !” C’est là que Louis Nicollin a immédiatement compris que l’entraîneur du MHSC faisait forcément une blague : “Tu te fous de moi, là, celle-là, tu me l’as déjà faite !” “Mais oui, président, c’est une blague, poisson d’avril !”, a conclu Courbis, très content de lui. “Tu es vraiment fou, toi, lui a alors lancé Loulou. Tu veux me faire avoir une crise cardiaque ou quoi ! Tu veux me faire rater les 40 ans du club !”


C'était un poisson d'avril supposé.... poisson d'avril de mlactu.fr. Bien vu !

Sur le même sujet

"Essai clinique sauvage" : plutôt une "étude scientifique" pour Henri Joyeux

Les + Lus