Cet article date de plus de 7 ans

Les Roms de Montpellier toujours déplacés mais jamais intégrés

Partis avant d'être expulsés du château de la Mogère, 80 familles Roms sont désormais réparties dans les 8 camps illégaux autour de Montpellier. Dans l'Hérault, en un an, le nombre de Roms serait cependant passé , selon la préfecture, de 700 à moins de 500.
Montpellier - le camp de parc Marianne - 24 octobre 2013.
Montpellier - le camp de parc Marianne - 24 octobre 2013. © F3 LR

Tout le monde se souvient du camp de Roms installé près du Château de la Mogère, face à Ikéa, à Montpellier. Aujourd'hui, ils sont partis. Il ne reste que quelques tonnes de gravats. Les 80 familles se sont mélangées à d'autres comme dans le nouveau camp de Parc Marianne.

La vie en communauté de toutes ces familles ne pose pas de problème, elles se supportent, s'acceptent même si toutes ne se conduisent pas idéalement.
Ils jurent ne pas faire de bruit, ne pas déranger les voisins et ne pas trafiquer le cuivre.

Restent les problèmes d'intégration.

A la préfecture, on note que l'Hérault accueille 500 Roms actuellement contre 700, l'an dernier, mais on ne cache pas les difficultés.

40 enfants Roms normalement inscrits n'ont trouvé aucune place dans les écoles de Montpellier. Pour eux, l'intégration commence mal. Autre difficulté, ce nouveau campement de Parc Marianne, très souvent dénoncé par les habitants des immeubles voisins.

 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
immigration social roms