Top 14 : Montpellier traverse sa première crise sportive

Le président du MHR Mohed Altrad et l'entraîneur Fabien Galthié au stade Ernest Wallon à Toulouse, le 19 octobre 2014. / © AFP PHOTO PASCAL PAVANI
Le président du MHR Mohed Altrad et l'entraîneur Fabien Galthié au stade Ernest Wallon à Toulouse, le 19 octobre 2014. / © AFP PHOTO PASCAL PAVANI

Le MHR, quasiment éliminé de la Coupe d'Europe après, seulement deux journées et décevant dans le jeu, traverse sa première crise sportive depuis l'arrivée à sa tête de Mohed Altrad au printemps 2011.

Par Avec AFP

Résultats stagnants malgré un budget élevé, jeu approximatif en dépit d'un effectif dense, et blessure de l'ouvreur François Trinh-Duc, victime d'une fracture à un tibia il y a trois semaines, plombent le début de saison du MHR et suscitent l'agacement de son président.

Avant le déplacement à La Rochelle samedi en Top 14 et après la défaite samedi dernier à domicile face à Glasgow (15-13), qui écarte quasiment Montpellier de la course aux quarts de finale de la Coupe d'Europe, l'un des objectifs de sa saison, Mohed Altrad a manifesté son mécontentement, en deux temps.

Pour la première fois de son mandat, il s'est d'abord abstenu de passer dans le vestiaire après la rencontre face aux Écossais. Et mardi, il s'est entretenu en marge de l'entraînement avec joueurs et encadrement pour faire part de sa déception. "Il est déçu de nos prestations comme nous le sommes. C'est une des premières fois qu'il vient nous parler comme ça. Il avait largement raison dans son discours", convient le capitaine et troisième ligne Fulgence Ouedraogo. "Il a dit des choses sincères, qui étaient très bien. Dans la difficulté, c'était vraiment bien", abonde le manageur Fabien Galthié, sans révéler la teneur du discours présidentiel.

Une équipe sous pression

Le patron et actionnaire majoritaire de Montpellier a injecté 13 millions d'euros depuis son arrivée et attend un retour sur investissement, peu palpable dans la courbe des résultats.

Sauf miracle, le MHR ne verra pas le printemps européen pour la deuxième année de suite, et sur le front domestique, à l'exception de son épopée jusqu'en finale en 2011, il n'a remporté aucun match de phase finale, échouant l'an dernier dans le dernier carré face à Castres.
Honorable quatrième cette saison, il connaît cependant des soucis dans le jeu. "On est sous pression par rapport à ce que l'on produit plus que par rapport aux résultats. Cela fait quelques matches où l'on n'est pas satisfait de nos prestations et de notre jeu. On n'arrive pas à mettre en place ce que l'on voudrait", note Ouedraogo 
La meilleure attaque de la saison passée affiche "un énorme déchet", selon Galthié, peine à imposer son jeu et à concrétiser les munitions offertes par une conquête très stable autour de sa mêlée et sa touche. Avec un seul point de bonus offensif décroché, deux défaites en six matches à domicile toutes compétitions confondues, Montpellier est à la recherche de son identité et courbe l'échine en s'appuyant sur une défense inversée.

 L'absence de Trinh-Duc n'explique pas tout

Avec François (Trinh-Duc, NDLR), il nous manque notre meilleur joueur", remarque Galthié, néanmoins conscient que toutes les carences de Montpellier
ne sont pas liées à l'absence de Trinh-Duc qui, libéré l'an passé par ses progrès dans le jeu au pied et son rôle de capitaine, a pris une place un peu plus prépondérante.
Le MHR n'a d'ailleurs pas de doublure expérimentée de l'ouvreur international depuis le départ à l'été 2013 de l'Argentin Santiago Fernandez.
"On n'avait pas la possibilité (de recruter une doublure expérimentée). Aucun bon joueur français ne veut venir car François Trinh-Duc leur fait peur", justifie Galthié, qui mise à ce poste sur le jeune Enzo Selponi et a recruté comme joker médical l'Australien Ben Lucas.
Et le manageur de relativiser la mauvaise passe de son équipe: "Certes, on n'est pas satisfait, on n'est pas bien, on n'est pas très heureux, mais ce n'est pas fini. Chaque année, il y a une ou plusieurs périodes compliquées."

Sur le même sujet

Les + Lus