• FAITS DIVERS
  • MÉTÉO
  • POLITIQUE
  • ECONOMIE
  • SOCIÉTÉ
  • SPORT

Vin chilien sur le Tour de France : les jeunes agriculteurs audois menacent de bloquer la course

Une étape du Tour de France entre Aix-en-Provence et Montpellier, le 4 juillet 2013 / © PASCAL GUYOT. AFP
Une étape du Tour de France entre Aix-en-Provence et Montpellier, le 4 juillet 2013 / © PASCAL GUYOT. AFP

L'affaire du vin chilien selectionné comme partenaire officiel du Tour de France 2016 enfle. Après les vignerons de l'Aude, c'est le syndicat des Jeunes Agriculteurs audois qui juge inacceptable le choix d'un vin du nouveau monde. Ils menacent de bloquer l'étape Carcassonne-Montpellier.

Par Sylvie BONNET avec l'AFP


A leur tour, les Jeunes Agriculteurs (JA) de l'Aude qualifient d'"inacceptable" le choix d'un vin chilien comme vin officiel de la Grande Boucle 2016. Ils estiment que le Tour de France devait "soutenir les producteurs par des partenariats avec des produits français et non étrangers".
Rappelons que la cuvée Bicicleta, produite par le chilien Cono Sur, a été sélectionnée parmi les partenaires du Tour par l'organisateur Amaury Sport Organisation (ASO),
C'est ce pinot noir chilien choisi comme partenaire du tour de France qui a provoqué un tollé dans l'Aude. / © F3LR
C'est ce pinot noir chilien choisi comme partenaire du tour de France qui a provoqué un tollé dans l'Aude. / © F3LR

"Il est inacceptable de laisser les dirigeants du Tour de France faire la publicité pour un vin chilien (...). Nous connaissons la difficulté à laquelle font face tous les agriculteurs. (...). Il faut que le Tour de France soutienne les producteurs par des partenariats avec des produits français et non étrangers", affirment les Jeunes Agriculteurs.


Nouvelle menace de blocage de la grande boucle

"Si les dirigeants du Tour persistent, le syndicat des Jeunes Agriculteurs audois s'alliera au syndicat des Vignerons de l'Aude pour bloquer le Tour de France sachant qu'il passe cette année encore, sur nos terres", prévient le syndicat, allusion à l'étape entre Carcassonne et Montpellier de l'édition 2016.

En début de semaine, le sénateur socialiste de l'Aude Roland Courteau avait "alerté" le patron du tour Christian Prudhomme de la "très grande émotion" et de "l'incompréhension" suscitées par ce choix d'un vin chilien comme partenaire du tour de France. "Par quel surprenant cheminement a-t-on pu en arriver à ce qu'un vin chilien puisse supplanter des vins de France sur le Tour de France ?" s'interrogeait-il dans un courrier avant d'inciter le responsable du tour de France à examiner des solutions "conduisant à ce que des vins de France puissent être représentés sur le Tour de France".

Surenchère du Front national

De son côté, le groupe Front National-Rassemblement bleu Marine (FN-RBM) à la région Languedoc-Roussillon-Midi-Pyrénées a dénoncé dans un communiqué un "affront au savoir-faire français et à ses viticulteurs".
"Le groupe ASO ne fait que participer à la mise en valeur d'un vin étranger qui bénéficie d'avantages concurrentiels que les vins français n'ont pas", a dénoncé le groupe FN-RBM, demandant "aux villes étapes" et "à toutes les collectivités" participant financièrement au passage du tour" (...) de faire pression pour qu'ASO "revoie sa copie".

Une problématique circonscrite aux étapes étrangères du Tour de France

Du 2 au 24 juillet, pendant les 21 étapes de la 103e édition de la Grande Boucle, loi Evin oblige, aucune boisson alcoolisée n'est autorisée tant que la caravane publicitaire est sur le territoire français. Mais ce n'est pas le cas à l'étranger, dans les étapes suisses, andorranes et espagnoles du Tour 2016.

A lire aussi

Sur le même sujet

Tour de France : la 16e étape Nîmes-Nîmes

Les + Lus