Montpellier : Plus de trains pour aller au boulot

À l’occasion de la présentation de ses vœux, la présidente de la région Occitanie, Carole Delga, a annoncé avoir revu à la hausse l’offre de desserte TER dans l’Hérault. Cela représente au total, 12 trains en plus sur l'axe Montpellier-Lunel-Nîmes et 14 sur Montpellier-Sète dès aujourd’hui.

Lunel - Les voyageurs de la gare de Lunel pourront désormais bénéficier de nouveaux horaires de TER - 03.02.20
Lunel - Les voyageurs de la gare de Lunel pourront désormais bénéficier de nouveaux horaires de TER - 03.02.20 © FTV - L. Calmels
Lunel et Sète : deux axes très fréquentés par les usagers de la région. Situées à proximité de Nîmes et Montpellier, ces deux villes dites "dortoirs", hébergent de nombreux travailleurs qui effectuent pour beaucoup d’entre eux, les trajets en train chaque jour.  

Alors pour améliorer le confort de ces usagers, la présidente de la région Occitanie, Carole Delga a décidé pour l’année 2020, d’enrichir l’offre TER sur ces axes. En 2020, le budget dévolu à l'exploitation des trains régionaux LiO et Intercités devrait avoisiner les 320,9 millions d’euros.

Des chantiers sont notamment prévus sur les lignes Alès-Bessèges et Montréjeau-Luchon. Mais la grande nouveauté de l’année c’est l’augmentation des trains sur cette ligne très fréquentée : Narbonne-Montpellier-Avignon.
  

Des trains supplémentaires


Sur la ligne Montpellier-Lunel-Nîmes, 12 trains supplémentaires devraient circuler dès aujourd’hui et 14 sur la ligne Montpellier-Sète. Une annonce qui devrait réjouir de nombreux voyageurs, qui ont pâti ces dernières semaines de la grève à la SNCF. A la fin de l’année 2020, 37 000 places de plus seront mises à disposition tous les jours.

 

À partir d’aujourd’hui, de nouveaux horaires font leur apparition. L'offre est donc renforcée pour cette année grâce notamment à l’ouverture de la gare de Nîmes-Pont-du-Gard en décembre dernier qui a permis d'ouvrir un "itinéraire bis". "La libération de sillons est devenue opérationnelle avec le contournement de Nîmes et Montpellier. Cela permet que les trains de fret et un certain nombre de TGV libèrent des espaces sur la ligne traditionnelle", explique Jean-Luc Gibelin, vice-président en charge des mobilités et infrastructures de transports de la région Occitanie. 

 
En effet, celle-ci a entre autre permis de désengorger l’axe Sète-Nîmes. De nombreux TGV transitent désormais par cette gare, ce qui libère ainsi les rails de la gare Nîmes Centre. En parallèle, la gare Montpellier Sud de France, ouverte elle en juillet 2018, permet également de fluidifier ce trafic. Désormais, beaucoup plus de TGV transitent par cette gare plutôt que par celle de Montpellier Centre.
 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
archives archives archives archives archives archives archives archives