Affaire Bissonnet à Montpellier : le jardinier Méziane Belkacem libéré lundi

C'était le dernier homme du trio a être en prison. Méziane Belkacem condamné à 20 ans de réclusion criminelle pour l'assassinat de sa patronne, Bernadette Bissonnet en mars 2008, à Castelnau-le-Lez, sera remis en liberté conditionnelle, lundi. Il a effectué 10 ans et 10 mois de prison.
Meziane Belkacem, le 27 septembre 2010 dans le box des accusés au début de son procès au palais de justice de Montpellier.
Meziane Belkacem, le 27 septembre 2010 dans le box des accusés au début de son procès au palais de justice de Montpellier. © AFP/PASCAL GUYOT

Méziane Belkacem, le jardinier des Bissonnet, âgé aujourd'hui de 60 ans, avait reconnu rapidement avoir exécuté l'assassinat de Bernadette Bissonnet, à la demande de son patron Jean-Michel Bissonnet, contre la promesse de 30.000 euros. Il a abattu la victime de 2 coups de fusil à canon scié, dans son salon. C'était le 8 mars 2008 dans la villa du couple de notables à Catselnau-le-Lez.

Il avait vu sa peine de 20 ans confirmée en appel en novembre 2011 devant les assises de l'Aude à Carcassonne.

Méziane Belkacem va sortir de prison après 10 ans et 10 mois d'incacération. La demande de remise en liberté déposée par son avocate Iris Christol, le 17 décembre 2018, a été acceptée ce vendredi par le tribunal des peines de Toulouse. Contre l'avis du Parquet.
L'ex-jardinier des Bissonnet sortira donc libre de la prison de Muret, lundi.

Durant un an, il sera en liberté conditionnelle. Une période probatoire où il sera hébergé par une association de Haute-Garonne et devra trouver un emploi ou une formation. Il est interdit de séjour dans l'Hérault.
 

Jean-Paul Bissonnet : le mari commanditaire


Condamné à 30 ans de réclusion criminelle en première instance à Montpellier, puis à 20 ans en appel, le commanditaire de l'assassinat de Bernadette Bissonnet et époux de la victime, est lui en liberté conditionnelle depuis mars 2017.
L'homme d'affaires avait obtenu sa libération conditionnelle après 9 ans de prison.
 

Amaury d'Arcourt : le vicomte complice


Condamné à 8 ans de prison par les assises de l'Aude à Carcassonne, en appel, pour complicité d'assassinat, le vicomte Amaury d'Harcourt a passé 15 mois derrière les barreaux entre 2011 et 2012. L'aristocrate et aventurier fantasque a été libéré de prison le 18 mai 2012.
Il est décédé à l'âge de 93 ans, en octobre dernier, en région parisienne.
 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
justice société assises procès bissonnet prison faits divers