Les agents de la SNCF redoutent le transfert du centre opérationnel de proximité des TER de Montpellier vers Toulouse

Les agents de la SNCF craignent quele centre opérationnel de proximité qui gère les TER ne soit transféré à Toulouse / © C. Agullo. FTV
Les agents de la SNCF craignent quele centre opérationnel de proximité qui gère les TER ne soit transféré à Toulouse / © C. Agullo. FTV

Un déménagement qui inquiète à la SNCF. Le Centre opérationnel de proximité de Montpellier, qui organise la circulation des TER, devrait être transféré à Toulouse. Cette réorganisation  indigne les 27 agents concernés ainsi que certains élus régionaux. 

Par Josette Sanna

Un déménagement qui inquiète à la SNCF! Le Centre opérationnel de proximité de Montpellier, qui organise la circulation des TER, devrait être transféré à Toulouse. Cette réorganisation souhaitée par souci d’économie et d'organisation indigne les 27 agents concernés ainsi que certains élus régionaux. 

"L'été dernier, nous avons été alertés par des salariés de la SNCF suite à des problèmes sur leurs conditions de travail et sur le fait qu'il y a vait des postes non remplacés, à force d'insister, l'entreprise a fini par nous dire qu'il était compliqué de remplacer car il était question de tranfeérer le centre. A force de creuser et d'insister, l'entreprise nous a clairement dit que le centre opérationnel des TER serait transféré sur la région de Toulouse", s'inquiète Sylvain Mestrini Secrétaire Général UNSA Ferroviaire Languedoc Roussillon

27 postes menacés de disparition

Les conséquences sur les salariés : ce sont 27 Montpelliérains ou habitant dans la région qui vont voir leurs postes disparaître et qui ne patiront pas tous sur la région toulousaine.
Les syndicats craignent aussi une mutualisation de deux services : celui de Toulouse et celui de Montpellier.

C'est une décision de la SNCF prise sans nous consulter. Elle est scandaleuse

Les élus aussi s'inquiètent . "C'est une décision de la SNCF prise sans nous consulter. Elle est scandaleuse. Nous considérons que deux lieux opérationnels pour 13 département, c'est insuffisant et cela n'a pas de sens si ce n'est de déshumaniser encore un peu plus l'opérateur qu'est la SNCF. Nous sommes fermement opposés au projet", précise Jean Luc Gibelin, vice-président  de la région Occitanie en charge des transports.
Contatctée, la SNCF n'a pas souhaité s'exprimer pour le moment.

Sur le même sujet

Les + Lus