Après des menaces de mort, l’ARS Occitanie et le ministère de la Santé portent plainte contre le médecin Denis Agret

L’ARS Occitanie et le ministère de la Santé ont décidé de porter plainte contre le médecin. Lundi 20 septembre, Denis Agret a publié une vidéo dans laquelle il « profère des propos d’une grande violence et menaçants pour la vie de Directeurs de l’ARS Occitanie ».

« Ne vous inquiétez pas, vous n’êtes pas plus fort que n’importe qui. On sait où vous êtes. Et bien vous risquez votre vie. Ce n’est pas pour vous faire peur, c’est juste pour vous informer ». Lundi 20 septembre, dans une vidéo publiée sur les réseaux sociaux, un médecin interpelle les dirigeants de l’ARS Occitanie lors d’une manifestation devant les locaux de l’ARS à Montpellier.

L’ARS Occitanie porte plainte

Dans un communiqué, l’ARS Occitanie dénonce des propos d’une « grande violence et menaçants ».

La gravité des faits a conduit le ministère des Solidarités et de la Santé et l’ARS Occitanie à saisir immédiatement le Procureur de la République et les représentants de l’Ordre des médecins, afin que des poursuites judiciaires et des mesures disciplinaires soient engagées à l’encontre de ce médecin, au regard de ses propos.

ARS Occitanie

La vidéo dure un peu plus de 2 minutes. On y voit le médecin Denis Agret tenir des propos menaçants envers les dirigeants suite au décès, le 7 août dernier, d’un arrêt cardiaque de Mélanie, une jeune fille de 15 ans qui aurait reçu son injection de vaccin contre la Covid-19, Pfizer, le 11 juillet.

« Si vous êtes au courant, et que vous voyez cette vidéo, il est grand temps que vous fassiez vos excuses publiques, et que vous m’associez demain à l’ARS Occitanie pour qu’on rétablisse les vrais chiffres » explique Denis Agret avant d’ajouter : « Sinon vous encourez la loi pénale pour dissimulation de preuve, mise en danger de la vie d’autrui, homicide volontaire puisque vous êtes largement au courant. Et puis si la justice ne suffit pas, ce qui prévaut au-dessus de la justice étatique, c’est la loi de la nature ». 

Une infirmière menacée 

3 jours avant la publication de la vidéo, le 17 septembre, Denis Agret avait déjà publié sur les réseaux sociaux le certificat de vaccination de Mélanie. Le nom de l’infirmière a été, par la même occasion révélé. L’infirmière subit depuis des menaces. L’Ordre National des Infirmiers condamne ces actes de violences et demande des mesures de protection.

Selon l’ARS, un signalement a également été réalisé sur la plateforme des signalements internet du ministère de l’Intérieur.

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
covid-19 santé société vaccins - covid-19 justice