Bac 2021 : la nouvelle formule du bac, bouleversé par la pandémie

La philosophie donnera le coup d’envoi du bac 2021 jeudi 17 juin. Après un an de pandémie, les épreuves de cette première édition du bac Blanquer, ont étés aménagés pour donner toutes leurs chances aux élèves.

illustration.
illustration. © MaxPPP-Pierre HECKLER

À quoi ressemblera cette édition du bac 2021 ? Pour Jean-Michel Blanquer ce devait être un test grandeur nature : celui de ce nouveau bac inédit articulé autour d’un tronc commun de matières, et de deux enseignements de spécialités choisi par l’élève.  Mais le covid 19 est passé par là, chamboulant toute la préparation de cet examen bicentenaire.

"On juge la capacité à s'exprimer, c'est extrêmement important"

Jean-Michel Blanquer sur le grand oral

Depuis le mois de novembre, la plupart des lycéens ont en effet suivi leurs cours à distance ou en demi-groupe. Certains professeurs  malades n’ont pas pu assurer l’entièreté du programme, créant des situations inégales entres les établissements et les élèves. Des conditions qui ont étés prises en compte par le ministre de l’ Éducation Nationale, qui a tout d’abord supprimé ces nouvelles épreuves de spécialités, qui devaient se tenir en mars. Début mai, Jean-Michel Blanquer avait promis une solution « bienveillante et pragmatique » concernant les épreuves du bac général, technologique et professionnel.

Le contrôle continu étendu

Pour réduire la casse lors de cet examen final et tenir compte du niveau réel de l’élève, le contrôle continu représentera au minimum 82 % de la note finale. Les 18 % restants correspondent à l’épreuve écrite de philosophe et au grand oral.

Les épreuves ont également étés aménagés pour donner toutes leurs chances aux bacheliers. Concernant l’épreuve écrite de Français, tous les sujets seront dédoublés pour permettre au candidat de choisir celui où il sera plus à l’aise. Pour la voie générale, les candidats pourront donc choisir entre deux séries de 3 sujets de dissertation. Pour la voie technologique, le choix se fera entre deux commentaires et deux contractions de texte, chacune suivit d’un essai.

Le contrôle continu représentera 82 % de la note finale.
Le contrôle continu représentera 82 % de la note finale. © MaxPPP

Pour l’oral de Français, les candidats pourront également choisir sur lequel des deux tests, ils seront interrogés, et pourront consulter l’œuvre pendant l’épreuve. Une note précisera au jury les points du programme qui n’ont pas pu être abordés pendant l’année.

Des épreuves aménagées

La principale modification concerne l’épreuve de philosophie. Comme pour le français, le choix du sujet pourra se faire entre quatre sujets au lieu de trois : une explication de texte et trois dissertations au lieu de deux habituellement. Mais l’enjeu de cette épreuve s’avère beaucoup moins décisive que les autres années. En effet si la note de l’épreuve finale de philosophie devait être moins bonne que la moyenne générale de l’élève dans cette matière, elle ne sera tout bonnement pas prise en compte. Et c’est donc la moyenne annuelle, résultant du contrôle continu qui sera prise en compte.

Pour les bons élèves, la tentation est de ne pas prendre l’épreuve au sérieux. Certains professeurs sont donc agacés par l’idée de corriger des copies de candidats peu motivés. L’épreuve reste tout de même obligatoire, toute absence sera sanctionnée par un zéro.

Le grand oral

Pour les candidats, c’est surtout le grand oral qui suscite le plus de craintes. C’est effectivement la grande nouveauté de ce bac 2021. Une nouvelle épreuve crée pour donner plus de place aux capacités d’expression et d’argumentation des candidats, et réduire la part de bachotage. L’élève qui aura préparé deux questions selon ses matières de spécialité, devra répondre à l’une d’elle devant un jury pendant cinq minutes, après 20 minutes de préparation.

Les résultats du bac seront dévoilés le 6 juillet. L’an dernier dans l’académie de Montpellier, 93,5 % des candidats au bac ont été reçus, un record. Pour les 42 180 lycéens présents cette année, le nombre d’admis devrait encore être particulièrement élevé.

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
bac covid-19 éducation société santé