• FAITS DIVERS
  • MÉTÉO
  • POLITIQUE
  • ECONOMIE
  • SOCIÉTÉ
  • SPORT

Un carburant à base de micro-algues mis au point par une start-up de Montpellier

Neomerys à Montpellier innove dans les biocarburants. La société est sur le point d'industrialiser une nouvelle énergie verte pouvant remplacer le pétrole dans un horizon à 2035.  / © V. Banabera F3LR
Neomerys à Montpellier innove dans les biocarburants. La société est sur le point d'industrialiser une nouvelle énergie verte pouvant remplacer le pétrole dans un horizon à 2035.  / © V. Banabera F3LR

Neomerys, petite entreprise montpellieraine créée en 2014, innove dans les biocarburants. La société est sur le point d'industrialiser une nouvelle énergie verte pouvant remplacer le pétrole à l'horizon 2035. 

Par Josette Sanna

Dans un laboratoire de l'ancienne école de chimie, la petite équipe de biologistes de Neomerys travaille depuis quelques années sur le biocarburant de demain.

Une énergie verte pour remplacer le pétrole fossile et réalisée à partir de micro-algues

Vive les lipides

"Toutes les choses vivantes de l'organisme sont constituées de protides, de lipides, de sucres....

L'idée c'est d'aller récupérer la partie qui peut être transformée en carburant, c'est-à-dire les lipides.
On va ensuite légèrement les modifier pour les rendre utilisables par les utilisateurs de véhicules.

"L'idée c'est d'aller récupérer la partie qui peut être transformée en carburant, c'est-à-dire les lipides.
On va ensuite légèrement les modifier pour les rendre utilisables par les utilisateurs de véhicules", explique Jérémy Dutheil, directeur recherche et développement de Neomerys.

En tubes

Pour produire en grande quantité, un processus innovant a été mis en place. Le végétal nourri par la sève d'arbres est intégré dans un réacteur tubulaire.

Les algues sont agitées, éclairées et ont des nutriments comme pour tous les végétaux pour pouvoir se multiplier à grande échelle jusqu'à ce qu'elles le fassent de manière exponentielle.

"Les algues sont agitées, éclairées et ont des nutriments comme pour tous les végétaux pour pouvoir se multiplier à grande échelle jusqu'à ce qu'elles le fassent de manière exponentielle.

Ensuite on les récolte et on les transforme pour avoir du carburant", ajoute Jérémy Dutheil.

Economie

La transformation de la partie lipide des algues en carburant, en général coûteuse et complexe, est assurée par le végétal lui-même dans le procédé de ces chercheurs. Une économie très importante.

Le biocarburant revient ainsi à 2 euros le litre contre 20  actuellement.

"Dans les mois qui viennent au aura les premières gouttes. Ensuite pour remplacer l'intégralité du pétrole fossile, il nous faudra 10, 15 voire 20 ans.

Rien ne nous empêche d'imaginer que ce carburant pourra remplacer le gazole à la pompe

Mais rien ne nous empêche d'imaginer que ce carburant pourra remplacer le gazole à la pompe", sourit Pierre Dutheil, PDG de Neomerys.

En bourse

Pour assurer son développement et démarrer la production, l'entreprise a besoin d'importants moyens financiers.

Pour lever des fonds, la société sera introduite en bourse à la mi-juin.

A lire aussi

Sur le même sujet

Collioure : une dizaine de personnes blessées par une fusée de feu d'artifice

Les + Lus