Coronavirus et confinement: en Occitanie, les apéros en vidéo comblent (un peu) le manque de lien social

Les cyber apéros, nouvelle tendance du confinement. A utiliser avec modération. L'abus d'alcool est dangereux pour la santé. Mars 2020. / © C.Alazet
Les cyber apéros, nouvelle tendance du confinement. A utiliser avec modération. L'abus d'alcool est dangereux pour la santé. Mars 2020. / © C.Alazet

C'est l'une des conséquences du confinement : les applications vidéos ont la côte. Télétravail oblige bien-sûr, mais pas seulement. Amis et famille, pour une fête d'anniversaire ou sans autre raison particulière que passer un peu de temps ensemble, les réunions virtuelles se multiplient. Témoignages

Par Carine Alazet

Pour Isabelle Bert, enseignante à l'université Paul-Valéry de Montpellier, les réunions virtuelles ont d'abord commencé avec ses étudiants, pour "maintenir un lien", notamment avec les étudiants étrangers, loin de leurs proches.

"C'est important de maintenir un lien avec mes étudiants, de garder un contact visuel, quand même plus chaleureux que des mails ou des sms que l'on écrit déjà à longueur de journée quand on est en télétravail. Comme cela fonctionnait bien, j'ai eu l'idée de proposer un rendez-vous à mes amis."

J’avais envie de voir mes amis, pas seulement de les entendre par téléphone ou d'échanger des messages.

"J’ai lancé une invitation avec une date et une heure", raconte Isabelle, "et tous se sont connectés."

Certains des amis d'Isabelle habitent à quelques kilomètres de chez elle, d'autres à deux heures de route.
Mais avec le confinememt, elle ne peut en voir aucun.

Ces réunions amicales par écrans interposés ne remplacent pas les repas de fête ou les randonnées que le groupe a l'habitude d'organiser d'habitude au printemps. Mais c'est mieux que rien.

"On se rend compte à quel point on a besoin de voir les gens, de voir qu’ils vont bien, au-delà des sms ou du téléphone et en plus on les voit tous en même temps. Ça fait du bien de voir les gens, tout simplement."

C’est devenu une petite routine, l’apéro du dimanche midi.

Lors d'apéros par écrans interposés, les convives virtuels échangent des photos des tapas et autres amuse-gueule qu'ils ont préparés... Et qu'ils "partageront" virtuellement. Mars 2020 / © E.Mestre
Lors d'apéros par écrans interposés, les convives virtuels échangent des photos des tapas et autres amuse-gueule qu'ils ont préparés... Et qu'ils "partageront" virtuellement. Mars 2020 / © E.Mestre

Une routine que Géraldine, l'une des amies d'Isabelle, apprécie particulièrement.

"Avec ma famille, j'utilise plutôt les appels téléphoniques en visio. Les réunions vidéos en groupe, ce n'est vraiment que pour les amis. Le rendez-vous apéro du dimanche m'est devenu nécessaire. Se voir, échanger sur la situation ou sur des sujets qui n'ont rien à voir, cela permet à la fois de se détendre et de prendre des nouvelles de tous."

C'est une petite bouffée d’air frais. Rire tous ensemble c’est aussi se sentir moins seul.

A Béziers, Isabelle Jourdan ne dit pas autre chose. "Ces apéros virtuels m'ont apporté un peu de chaleur humaine en cette période où tout est compartimenté, où nos proches et nos amis sont loin de nous. Ça aide à supporter l’ambiance anxiogène en échangeant  sur ce qui se passe en ce moment et ça permet de dédramatiser." 

Elle organise une "réunion famille" le samedi et une avec les amis le dimanche.

Le fait d’avoir ces rendez-vous donne aussi un rythme à la semaine car le confinement efface un peu la temporalité, les jours sont les mêmes.


Travail, famille, amis, sport : les écrans sont partout

Du côté des Pyrénées-Orientales, Aurélie et Cédric expliquent que pour le premier rendez-vous avec leurs amis, ils se sont cadrés avec leur jardin en fond, pour créer une ambiance festive, malgré la distance et la froideur imposées par l'écran.

Eux aussi utilisent davantage qu'auparavant les applications vidéos, pour le travail, la famille et les amis.

Des applications comme Zoom, HouseParty ou gotomeeting pour n'en citer que quelques-unes, qui ont certes leurs limites en terme de sécurité et de qualité, notamment sonore quand on est nombreux, mais qui se révèlent bien utiles dans cette période de confinement inédite. 

Pouvoir partager et rythmer nos semaines, c'est important.

Edith et Philippe, confinés chez eux à Perpignan, ont deux grands enfants, des parents, frère et sœur qui habitent tout près. Mais, contrairement à leurs habitudes, ils ne peuvent pas les voir. Ils sont donc eux aussi passés aux cyber réunions.

Ça atténue un peu notre frustration de ne plus pouvoir nous déplacer librement pour aller voir les personnes qui nous sont chères.


A Narbonne, Stéphanie et Jean-Marc, parents de deux enfants, ont complètement intégré les applications vidéos dans leur vie, pour le travail, comme pour les loisirs.

"Au boulot, on utilise les visios à longueur de journées, c'est très pratique pour le télétravail. On s'en sert aussi pour les apéros virtuels avec amis et famille mais aussi pour les séances de sport en live de pilates ou de crostraining et on a même la prof qui nous corrige", sourit Stéphanie.

Ça permet de se serrer les coudes dans cette situation particulière et puis cela nous apporte de la chaleur humaine. Avec la famille, c’est bien pratique pour que les enfants voient quand même leurs grands-parents.

De nouvelles pratiques pas forcément faciles à concilier avec la volonté de limiter le temps passé sur les écrans pour les petits comme pour les grands.
Mais ce problème-là attendra la fin du confinement.

Sur le même sujet

Les + Lus