Coronavirus Montpellier : 150 malades participeront à 2 essais thérapeutiques au CHU pour tester l'hydroxychloroquine

Ce sont des recherches menées au niveau européen dans le cadre de l'essai clinique baptisé "discovery". Le CHU de Montpellier y participe. Dans les prochains jours, 150 patients atteints du Covid-19 vont tester 2 stratégies de soins à base d''hydroxychloroquine durant 10 jours.

illustration
illustration © maxppp Rémy PERRIN

Ce 3 avril 2020, 101 personnes sont hospitalisées au CHU de Montpellier pour un Covid-19 et 400 autres sont confinées à leur domicile et suivies par télémédecine grâce aux équipes du centre hospitalier.

Dans quelques jours, après une phase administrative et d'application de protocoles médicaux, 150 patients atteints du Covid-19 vont participer à des essais cliniques pour évaluer et comparer 2 stratégies d'attaques de la maladie.

Les malades concernés doivent être dans les 10 premiers jours des symptômes de la maladie, être positifs au Covid-19 et ne pas être en phase de réanimation.
 


2 groupes de 70 patients pour 2 thérapies


C'est l'opération COVID-OC. Des essais menés à Montpellier, par les équipes du professeur Reynes, concerneront donc 2 groupes de patients qui prendront un traitement différent durant 10 jours.
Il s'agira à mi-traitement, puis en fin de thérapie, d'évaluer le traitement et des comparer les résultats des 2 groupes.
  
Et il y aura probablement des patients placebo.
 


Des essais sur des tests de dépistage plus rapide


Lors de la conférence de presse hebdomadaire du CHU de Montpellier, ce vendredi, il a aussi été question d'évaluer des tests salivaires "rapide" pour détecter des patients Covid-19. Cela pourrait prendre 30 minutes.
Et des tests de dépistage dans l'air menés par le professeur Stefan Matecki du service de physiologie clinique.
 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
coronavirus/covid-19 santé société recherche culture sciences