Covid-19 : créé à Montpellier, le test virologique salivaire EasyCov va être remboursé en France

Les tests salivaires au Covid-19 EasyCov, développés par les entreprises montpelliéraines SkillCell et Vogo et le laboratoire Sys2Diag, vont être remboursés par la Sécurité sociale en France. Le gouvernement a donné son accord, mardi 5 janvier, après un avis favorable de la Haute autorité de Santé.

Les tests salivaires EasyCov, conçus par des entreprises montpelliéraines, vont être remboursés par la sécurité sociale.
Les tests salivaires EasyCov, conçus par des entreprises montpelliéraines, vont être remboursés par la sécurité sociale. © Pascal Guyot - AFP

Enfin ! Le ministère des Solidarités et de la Santé a validé, mardi 5 janvier, le remboursement par la Sécurité sociale du test salivaire de la Covid-19, EasyCov, créé et commercialisé par deux entreprises montpelliéraines, Skilcell et Vogo, et le laboratoire Sys2diag, en partenariat avec le Centre national de la recherche scientifique (CNRS). L'annonce a été officialisé par les parties prenantes ce jeudi. "Cette décision suit l’avis émis par la Haute Autorité de Santé (HAS) le 28 novembre 2020", est-il écrit dans le communiqué.  Un arrêté du 28 décembre paru au Journal Officiel du 5 janvier.

Le 28 novembre, la HAS s'était prononcée en faveur de ces tests, uniquement pour les personnes symptomatiques pour qui le test PCR serait "difficile ou impossible". "En cas de test positif, un contrôle par un test RT-PCR sur prélèvement salivaire est nécessaire, compte tenu de la spécificité du test EastCov", avait précisé la HAS.

EasyCOV est ainsi pleinement reconnu parmi les examens de biologie médicale au cœur des stratégies de diagnostic et de dépistage de la Covid-19.

Skillcell dans un communiqué

Personnes âgées, jeunes et sportifs de haut niveau ciblés

Depuis le printemps dernier, le laboratoire montpelliérain Sys2Diag, rattaché au CNRS, développe une nouvelle technique de dépistage du Covid-19 basée sur la salive, en collaboration avec le CHU de Montpellier. Avec l'appui de deux entreprises montpelliéraines, Skillcell, chargée de la production et de la commercialisation et Vogo, qui a participé au consortium scientifique. Il faut prélever quatre gouttes de salive sous la langue. Le résultat est connu en 40 minutes sous la forme d'un changement de couleur : jaune fluo pour positif, orange pour négatif.

L'accent va être mis en France sur trois cibles :

Des élus plaident pour un plus grand usage de ces tests salivaires, notamment Jean Rottner, président de la Région Grand Est.

La HAS émet encore des doutes sur les patients asymptomatiques. Les études se poursuivent pour tenter d'élargir le spectre de personnes concernées. Pour l'heure, seuls les laboratoires de biologie médicale et les médecins sont aptes à réaliser ce dépistage.

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
coronavirus/covid-19 santé société