Déconfinement : un plan de relance à 14 millions d'euros pour sauver les vins d'Occitanie

La Région Occitanie et les professionnels de la filière viticole s'unissent pour relancer le secteur, durement touché par la crise sanitaire du coronavirus. Ils annoncent un plan d'aides directes de 14 millions d'euros, financé à parts égales par le Conseil Régional et la profession.

Des vignes dans le Languedoc, terre de vins par excellence -sept 2019 .
Des vignes dans le Languedoc, terre de vins par excellence -sept 2019 . © I.Bris/FTV
Ils étaient tous là autour de la présidente (PS) de Région Carole Delga, ce 29 mai : les représentants de la filière viticole d'Occitanie avaient tous répondu présents pour présenter un plan de relance de 14 millions d'euros, financé à part égale par le Conseil Régional et les professionnels.

 
Plan d'aide à la filière viticole : tous les acteurs réunis autour de Carole Delga, présidente de la Région Occitanie
Plan d'aide à la filière viticole : tous les acteurs réunis autour de Carole Delga, présidente de la Région Occitanie © Thierry Will, France 3 Occitanie


Une année de déboires


Objectif : aider la viticulture à se relever d'une année noire. Car la crise sanitaire du coronavirus aggrave encore davantage la situation économique de la viticulture, déjà mise à mal par le Brexit, les taxes Trump et la fermeture des frontières de la Chine dès le début de la pandémie. 
 


Une contrepartie : la contractualisation


80% du budget sera consacré aux aides directes aux entreprises. Elles concernent aussi bien la commercialisation que la promotion et comportent une contrepartie, et non des moindres : la contractualisation entre producteurs et metteurs en marché. En clair : ces derniers devront s'engager sur les volumes et les prix payés aux vignerons et ce, sur plusieurs années.
 


Engagements sur les volumes et les prix


Un engagement qui, selon le président de la Chambre Régionale d'Agriculture, Denis Carretier, devrait permettre de passer la cap de la crise sanitaire, mais aussi d'envisager plus sereinement l'avenir :
 

La contractualisation pluriannuelle est une vraie avancée qui va sécuriser les exploitations et peut-être inciter les jeunes à revenir vers le métier. Ça a été plus ou moins compliqué, mais on y est arrivés. 


Relancer la demande locale


Concernant la promotion des vins régionaux, la Région Occitanie incitera à des actions collectives pour une meilleure visibilité à l'export. Elle va aussi initier une campagne à destination du marché intérieur, comme l'explique Carole Delga :
 

Cette campagne de communication sera inspirée de celle de "Dans ma zone" [qui visait à inciter les consommateurs à préférer les commerces locaux aux achats sur les grandes plateformes en ligne, NDLR]. Il est important de développer une solidarité locale et de consommer local.


L'hôtellerie restauration à l'arrêt : les producteurs trinquent


Car les professionnels qui écoulent leurs productions en circuits courts, principalement auprès des campings, hôtels et restaurants d'Occitanie, ont été éprouvés par le confinement.
 
Jacques Gravegeal, président du syndicat des producteurs de vin de Pays d’Oc, rappelle que certains domaines de l'Indication Géographique protégée qui ont choisi ce mode de commercialisation affichent jusqu'à 80% de pertes. Ceux-là attendent beaucoup de la réouverture des bars et restaurants le 2 juin.


Les cavistes à l'avant-garde de la reprise


Déjà, Miren de Lorgeril, la présidente du Conseil Interprofessionnel des Vins du Languedoc (CIVL) est optimiste, car l'activité des cavistes semble repartir :
 

Dès la première semaine du déconfinement, nous avons constaté le retour d'un fonctionnement quasi normal pour les cavistes, ce qui signifie qu'il n'y a pas eu de perte des habitudes des consommateurs. On peut donc espérer un redémarrage rapide.


L'enjeu capital de la relance des exportations


En sera-t-il de même à l'international ? Gérard Bertrand, ancien rugbyman devenu une figure incontournable du vin en Languedoc avec ses 25 millions de bouteilles vendues chaque année, lui aussi convié au tour de table, veut y croire :
 

L'important n'est pas de ressasser les 3 mois qu'on vient de passer, mais d'être offensifs pour écouler la récolte qui va venir.


Premier bilan dans 6 mois


Un comité de coordination a été mis en place pour le déploiement de ce plan co-construit, présenté comme "unique en France", dans lequel pour chaque euro dépensé par la Région, un euro le sera aussi par les professionnels.

Une plateforme de dépôt des dossiers fera l'interface entre les entreprises et les aides de la Région Occitanie.

Concernant la contractualisation entre producteurs et metteurs en marché, un premier bilan devrait être disponible d'ici 6 mois.






 
Les chiffres de la viticulture en Occitanie
L'Occitanie est la première région viticole d'Europe pour les vins sous signes de qualité (AOP/AOC, IG/IGP, AB).

Elle représente 34% des vins français.

Le vignoble d'Occitanie, c'est : 59 Apellations d'Origine Protégée, 34 Indications Géographiques Protégées.

Chiffres d'affaires annuel : 1,3 milliards d'euros, soit 20% de la production agricole d'Occitanie. En 2018, les exportations ont représenté 1 milliard d'euros.

Au 1er avril 2020, la Direction Régionale de l'Alimentation, de l'Agriculture et de la Forêt (DRAF), a fait le point sur la conjoncture économique du secteur :

Avec 7,082 millions d’hectolitres, les volumes de vins cumulés, sans IG et IGP, vendus en vrac en Occitanie, restent supérieurs à ceux de la campagne dernière à la même période. Les vins IGP, toutes couleurs confondues, connaissent des volumes croissants. Les vins sans IG rouges et rosés reculent. Les prix se maintiennent globalement, voire même croient légèrement.

Les transactions hebdomadaires du mois de mars, confrontées au confinement général en réponse à l’épidémie Covid19, marquent un recul important. Toutes les catégories et couleurs sont affectées. Les prix restent stables voire même augmentent légèrement.

Le marché des vins AOP d’Occitanie reste morose. Avec 295.000 hectolitres commercialisés, les volumes sont très inférieurs (-40%) à ceux de la campagne précédente. Le confinement du mois de mars, nécessaire pour faire face à l’épidémie Covid19, impacte particulièrement le marché des vins AOP du Conseil Interprofessionnel des Vins du Languedoc et de l’Interprofession des Vins du Sud-Ouest (- 62% pour le CIVL et -75% pour l’IVSO).
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
archives archives archives archives archives archives archives archives archives archives archives archives archives
l’actualité de votre région, dans votre boîte mail
Recevez tous les jours les principales informations de votre région, en vous inscrivant à notre newsletter