ENERGIE. Le monde du spectacle interpelle le ministre de l'Economie sur les conséquences de l'inflation sur le théâtre

Publié le
Écrit par Justine Salles .

Alors que les salles de spectacle sont susceptibles de fermer à cause de l'explosion du coût de l'énergie, le Syndicat national des entreprises artistiques et culturelles (Syndeac) a interpellé Bruno Le Maire, ministre de l'Economie, à travers deux lettres ouvertes ces deux derniers mois.

Bruno Le Maire, ministre de l'Economie, a reçu deux nouveaux courriers. Le premier date d'octobre et le deuxième a été envoyé le 29 novembre dernier par la Fédération des entreprises du spectacle vivant, de la musique, de l'audiovisuel et du cinéma (Fesac).

Tous deux alertent sur les inquiétudes du monde du spectacle concernant la hausse des prix de l'énergie et ses conséquences sur les activités artistiques, alors que de nombreuses salles sont menacées de fermeture.

Une situation urgente aux enjeux majeurs soulignée par Nicolas Dubourg, directeur du théâtre la Vignette de l'Université Paul-Valéry à Montpellier, alors que le secteur se relève à peine et difficilement de la crise sanitaire. Il préside depuis le 27 janvier 2020 le Syndicat national des entreprises artistiques et culturelles (Syndeac).

Les hausses du prix de l’électricité ou du gaz mettent en péril aujourd’hui la survie même d’une grande partie de nos structures qui, pour nombre d’entre elles, n’ont pas pu bénéficier jusqu’ici, en raison de critères inadaptés, des aides aux entreprises liées aux hausses du coût des énergies mises en place par le gouvernement.

Nicolas Dubourg, président du Syndeac

Lettre ouverte Fesac

Dans ce courrier adressé à Bruno Le Maire, la Fesac met en lumière que retenir 2021 comme année référente pose problème, "inadaptée pour une partie de notre secteur, notamment celui du spectacle vivant. Rappelons que pour celui-ci, l’activité a été extrêmement réduite en 2021 et sur les premiers mois de 2022 du fait des fermetures et des restrictions sanitaires mises en place par le gouvernement".

Aussi, un plafonnement du volume d'énergie pris en compte à 70% de celui consommé sur la période correspondante de 2021 aurait été introduit dans la formule de calcul de l'aide ; "or, la consommation d’énergie par nos structures en 2021 ne peut pas refléter la consommation habituelle dans notre secteur. Cela aurait en effet pour conséquence de plafonner injustement l’aide à un montant anormalement bas, en comparaison à d’autres secteurs", est-il souligné dans la lettre.

Suppression de spectacles et de productions

Dans son courrier, l'USEP (Union syndicale des employeurs du secteur public du spectacle vivant) prévient : si un soutien financier énergique n'intervient pas à court terme, les conséquences risques d'être désastreuses.

Les sociétés de production et de distribution d’énergie qui pratiquent des hausses de prix supérieures à 100 % pour certaines d’entre elles, menacent notre économie et en particulier le secteur des arts et de la culture qui est totalement incapable d’absorber une telle hausse. 90 % de nos adhérents vont être en situation de déficit cette année et n’auront que pour solution de supprimer des spectacles et des productions si un soutien financier énergique n’intervient pas à court terme.

Nicolas Dubourg, président du Syndeac

Lettre ouverte Usep

Nicolas Dubourg, président du Syndicat national des entreprises artistiques et culturelles (Syndeac) était l'invité du journal télévisé de France 3 Occitanie ce dimanche 4 décembre 2022 à 19 heures.

Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité