[Episode 2] Compostage de proximité à Montpellier : à l'école du compost

En 2024, tout le monde va devoir passer au compost : les épluchures et autres bio-déchets devront avoir leurs poubelles dédiées. / © F3 Occitanie
En 2024, tout le monde va devoir passer au compost : les épluchures et autres bio-déchets devront avoir leurs poubelles dédiées. / © F3 Occitanie

Suite de notre série consacrée au compost avec ce deuxième volet consacré à la formation : transformer les bio-déchets en terreau fertile, cela s'apprend. Les stages organisés par une association montpelliéraine connaissent un succès grandissant. 

Par Isabelle Bris

Suivre un stage de Guide Composteur, c'est tendance, en ce moment !

De plus en plus de gens payent de leur poche pour suivre ce type de formations validées par l'ADEME et organisées par la jeune association Compostons à Montpellier. 

Mi Mars, ils étaient une quinzaine à suivre un stage de trois jours alternant formation théorique et visite sur le terrain, à la découverte des bacs à compost collectifs installés dans le quartier Croix d'Argent au pied des immeubles.

Si certaines personnes viennent dans le but de développer des projets personnels, d'autres ont des projets professionnels en vue. 
 

Il fallait que j'affine mes connaissances en compostage pacque je suis en train de monter ma société de collecte à Marseille. On veut ramasser les bio déchets dans le centre ville et trouver un moyens de les valoriser sur place.




explique Chloé Guillon, venue tout exprès de Marseille.
 

Une filière qui se professionnalise


Des responsables de gros restaurants ont suivi le même stage à Montpellier. C'est le cas de Soufiane Benlahmer.
Dans son self-service, son équipe sert plus de 300 repas par jour et en prépare aussi pour les écoles. Ce qui génére des montagnes d'épluchures chaque année. 

On a du s'adapter. Au début, on marquait un temps d''arret devant devant la poubelle en se demandant où jeter ce qu'on avait dans la main. n a mis des poubelles pour le tri dans chaque atelier et c'est entré dans les habitudes. Aujourd'hui, cela va même plus loin, c'est une pratique gobale qui commence dès l'achat de la matière première. 

explique ce responsable de restauration au Mas des Moulins.


La loi a obligé tout le personnel à se remettre en question face aux poubelles  : car depuis 2016, tout professionnel produisant plus de 10 tonnes de bio-déchets par an, a l'obligation de les trier et de les valoriser dans des filières adaptées, comme le compostage.

Voilà pourquoi aujourd’hui les métiers autour de la prévention des déchets se spécialisent. 


C'est vraiment une thématique qui monte en puissance, qui crée de l'intérêt; il y a beaucoup de porteur de projet qui auto-financent leur formation.


souligne avec enthousiasme Léa Egret, co-fondatrice de l'association Compostons.

Dans quatre ans, en 2024, tout le monde sera concerné par le tri et la valorisation ds bio-déchets: les particuliers comme les entreprises, en passant par les collectivités seront obligé de s'y mettre.

Il devrait donc y avoir nombre d'emplois à pourvoir pour répondre à la demande que va générer cette obligation.
 




 

A lire aussi

Sur le même sujet

Meurtre de Priscillia à Estagel : un jeune homme de 18 ans en garde à vue

Les + Lus