Equipement, zone de baignade, vigilance : face au risque de noyade, quelle sécurité pour les activités nautiques ?

Plusieurs noyades accidentelles ont eu lieu en Occitanie ces derniers jours. Certaines précautions permettent de réduire le risque, notamment lors des sorties nautiques : port de gilets de sauvetage, surveillance de la météo, désignation d'un adulte vigilant.
Un couple descend en kayak la rivière Hérault, à proximité de Montpellier, le 24 juin 2010 (image d'illustration).
Un couple descend en kayak la rivière Hérault, à proximité de Montpellier, le 24 juin 2010 (image d'illustration). © Guillaume BONNEFONT/IP3
Au lac de Salagou, dans l'Hérault, on hume le vent. Quand il déporte bateaux ou pédalos, c'est l'un des risques majeurs pour les navigateurs d'un jour. Ce jour-là, il est favorable. "C'est une bonne journée, les prévisions de vent sont faibles. Pas d'enfant de moins de trois ans à bord, donc aucune particularité pour dire non à cette location", expose Cécile Amiel, directrice de la base de plein air.
 
Un couple et leur enfant de onze ans ont donc toute latitude pour réserver leur pédalo. Avant même le début des activités nautiques, le ton est donc donné : attention particulière portée aux enfants, gilets de sauvetage, chaussures adaptées, conseils d'itinéraires... Priorité est donnée à la sécurité. 
 
► VIDEO. Reportage de Daniel de Barros et Cédric Métairon.

70 noyades en 10 semaines dans l'Hérault, dont 11 morts

Les noyades sont chaque été une cause importante d'accidents : du 1er juin au 14 juillet dernier, Santé Publique France a ainsi recensé 320 passages aux urgences qui y sont liés à travers la France.
En Occitanie, que ce soit en rivière, sur un lac ou à la plage, les drames s'enchaînent depuis le lancement de la saison estivale. Lundi, deux adolescents ont trouvé la mort en faisant du paddle sur un lac de l'Aude où les activités nautiques étaient interdites. Les jours suivants, deux autres personnes ont porté à 11 le bilan des décès par noyade dans l'Hérault depuis la mi-mai.
 
Sur la base du Salagou, deux points de sécurité assurent la surveillance du lac. Ils sont chargés d'intervenir en cas de problème, mais aussi de rappeler les réflexes à avoir : "Toujours se munir d'un gilet de sauvetage, liste Didier Bosch, chef du centre de secours de Clermont-l'Hérault. Si on fait une activité sur le plan d'eau, savoir nager. Être accompagné. Prévenir ses parents, sa famille pour que s'il y a un risque, un problème, on puisse, nous les sapeurs-pompiers, être prévenus.".
 

Prudence avec les enfants

Car une attention accrue doit être observée envers les enfants : en France, la noyade est la première cause de décès par accident de la vie courante chez les moins de 25 ans. La préfecture de l'Hérault rappelait donc lundi la nécessité d'une vigilance permanente pour les parents, y compris lors de simples pauses au bord de l'eau. Se baigner avec l'enfant ou, à défaut, désigner un adulte responsable de baignade peut éviter le défaut de surveillance, "relevé dans une noyade sur deux".  
 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
noyade faits divers sécurité société loisirs sorties et loisirs vacances police