Cet article date de plus de 3 ans

Examens suspendus à Paul-Valéry à Montpellier : le président de la fac parle de "sabotage"

Ce mercredi, les examens en ligne de l'université Paul-Valéry à Montpellier ont été suspendus. Des individus cagoulés se seraient introduis dans le local des serveurs pour "saboter" le matériel informatique, selon Patrick Gilli, président de l'université Paul-Valéry. 
Le blocage à l'université Paul-Valéry se poursuit - 2018.
Le blocage à l'université Paul-Valéry se poursuit - 2018. © SCUM
Les examens en ligne ont été suspendus provisoirement ce mercredi à la fac Paul-Valéry de Montpellier après une attaque des serveurs.



« Alors que les premières sessions d’examen à distance se déroulaient dans des conditions satisfaisantes depuis la semaine dernière, cet après-midi la salle serveur de l’université a fait l’objet d’une intrusion par effraction et d’un sabotage physique. » peut-on lire sur le communiqué du président de la fac.

Selon le président de l'université Paul Valéry, Patrick Gilli, les serveurs auraient été vandalisés par un groupe d'individus cagoulés.

Cet acte grave constitutif d’une infraction pénale de nature délictuelle a été commis par un groupe d’une trentaine d’individus encapuchonnés et/ou cagoulés.


Avant d’ajouter qu’une plainte a été déposée.

« Au-delà du préjudice matériel, nous condamnons fermement cet acte qui a pour seules visées de saborder toute activité de la communauté universitaire et annuler la tenue des examens. »

Dans son communiqué Patrick Gilli fait part également de toute sa détermination a assurer la continuité des examens.

Pour l'instant ceux-ci ont été suspendus et ne savons pas quand ils pourront reprendre. La décision de passer les examens en ligne avait été prise par le président de l'université suite au blocage qui durait depuis plusieurs semaines déjà. Mais cette décision soulevait déjà quelques questions du côté des étudiants mais des professeurs aussi. 



Un rassemblement est prévu ce matin à 9h par le personnel de l’université Paul-Valéry.  Les étudiants ont également prévu de se mobiliser ce matin du côté de Saint-Eloi.
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
université éducation société polémique politique internet sorties et loisirs