Gare Montpellier Sud de France : voyage en plein train fantôme

Gare Montpellier Sud de France / © France 3 Occitanie
Gare Montpellier Sud de France / © France 3 Occitanie

Ouverte depuis le 7 juillet dernier, la nouvelle gare Montpellier Sud de France ne fait pas que des adeptes et pour cause. Rareté des trains, absence de personnel et de navettes, accès saturés... Les trajets en train tournent vite au périple pour les voyageurs. Nous avons tenté l'expérience.

Par E.E avec Caroline Agullo

Fin de l'été et l'heure des grands retours des vacances. Nous partons direction Bordeaux. 

Rendez-vous à la nouvelle gare Montpellier Sud de France, où seulement quatre trains passent ici ce jour là. 

À ce rythme de croisière, on pourrait imaginer un personnel aux petits soins, une gare paisible et des passagers sereins... Mais, c'est tout le contraire.
 
On a testé la gare Montpellier Sud de France
Ouverte depuis le 7 juillet dernier, la nouvelle gare Montpellier Sud de France ne fait pas que des adeptes et pour cause. Rareté des trains, absence de personnel et de navettes, accès saturés... Un véritable périple pour les voyageurs. Nous avons donc tenté l'expérience.  - France 3 Occitanie - Caroline Agullo, Franck Detranchant, Sylvie Bonnet, Laurence Chraïbi, Sauveur Vanni et Frédéric Rinauro
 

Recherche présence humaine


"Est-ce que vous pouvez me dire où se trouve l'information ?", nous demande une dame. 

Visiblement nous ne sommes pas les seuls à chercher un être humain, capable de nous renseigner... Seule "la voix" de la SNCF nous guide (ou presque) dans notre périple. 

"Les gares c'est l'endroit où tout le monde se perd, s'il n'y a personne pour nous aider c'est embêtant", déplore une voyageuse. 
 

Fini donc les accueils et les guichets... pour la direction c'est du passé. "C'est la politique de la SNCF aujourd'hui de déshumaniser les gares et de mettre des machines à la place, c'est une politique d'Etat qui est assumée", s'insurge Alexis Pallot, secrétaire général du syndicat cheminots CGT de Montpellier. 
 
 

Retour à l'expéditeur 


Après plusieurs heures d'errance, dans une gare du futur qui a coûté 135 millions d'euros et où le seul commerce, ouvert de 9h30 à 16h30, est un mini kiosque avec quelques boissons est sandwichs, nous apprenons que notre train pour Bordeaux est supprimé. Plus aucun train ne passera par ici.
 

Nous décidons donc de rejoindre le centre, et comme à l'aller l'enfer continue. 

Quand l'accès n'est pas saturé, une navette payante peut nous conduire jusqu'au tramway. Au total, un trajet de près d'une heure pour rejoindre la gare Saint-Roch. 
 

Heureusement à la gare du centre ville de Montpellier il y a encore du personnel mais pour combien de temps ? 
 
Face aux dysfonctionnements et à l'exaspération, le maire de Montpellier Philippe Saurel a annoncé que les modalités d'accès seraient rapidement revues.

La direction de la SNCF, quant à elle, n'a pas souhaité répondre à nos sollicitations. 
 

A lire aussi

Sur le même sujet

Le sport amateur a besoin de subventions de l'Etat

Les + Lus