Guerre en Ukraine : premier jour d'école pour deux jeunes réfugiées

Publié le
Écrit par Josette Sanna

Deux petites ukrainiennes de 7 et 8 ans sont rentrées à l'école primaire de Saint-Aunès près de Montpellier. Elles ont été scolarisées quatre jours après leur arrivée en France après avoir fui la guerre en Ukraine.

Paula et Lera sont arrivées très tôt, ce lundi matin 7 mars devant l’école primaire Albert Dubout de Saint-Aunès près de Montpellier. Quatre jours seulement après leur arrivée en France, les deux petites ukrainiennes de 7 et 8 ans ont fait leur rentrée des classes au CP au même moment que les autres enfants de retour des vacances de février.

Périple européen

Les petites filles sont arrivées dans le village jeudi 3 mars après un long voyage. Avec leurs mères et leurs frères et sœurs, elles ont fui Kiev, la capitale de l’Ukraine, dès le début de la guerre déclenchée par la Russie de Vladimir Poutine. Pendant près d’une semaine, elles ont traversé l’Ukraine, sont passées par la Pologne et l’Allemagne avant d’arriver en Alsace jusqu’à Montpellier, au cours d’un périple organisé par Hervé Iffrig, un habitant de Saint-Aunès marié la tante de l’une des petites filles. Les deux familles,-deux femmes et cinq enfants-, sans les pères restés en Ukraine, ont été accueillies tout au long de leur parcours par des familles d’accueil sensibles au sort de ces familles qui se sont mobilisées via les réseaux sociaux . A leur arrivée au village, une vraie chaîne de solidarité s’est organisée.

Jeux d'enfants

Spontanément, les villageois ont défilé avec des dons chez Hervé et Lena qui hébergent leur famille, tandis que l’autre a trouvé refuge chez Franzeska, la voisine d’en face qui a aménagé la chambre de son fils pour accueillir une mère et ses deux enfants. « Ils ont fait connaissance et joué ensemble tout le week-end », sourit Franzeska qui les a accompagnées à l’école ce lundi matin car les mamans avaient rendez-vous en préfecture. Les petites filles qui ne parlent pas Français devraient être suivies, en plus de leur professeur des écoles, par un enseignant russophone spécialisé dans l'accueil des élèves non francophones.

Repérage

Lera et Paula avaient visité l’école, ce week-end, deux jours avant leur rentrée ce matin. Elles seront dans la classe de Laetitia, la fille de Franzeska. « On se connaît et on s’est bien amusées », sourit la pétillante petite fille. « Même si on ne parle pas la même langue, on a communiqué avec les mains et un peu en Anglais », sourit Laetitia avant de franchir le portail avec ses deux nouvelles amies.