Dans l'Hérault, près de Montpellier un site antique découvert sur le chantier d'un futur lotissement

Une équipe d'archéologues vient de découvrir les restes d'une villa et d'un ensemble funéraire vieux d'au moins 1600 ans, à Valergues (Hérault). Le chantier archéologique devrait encore durer quelques jours, avant de laisser place à celui d'un lotissement. 

Les fouilles sont réalisées par une équipe spécialisée dans l'archéologie préventive, c'est à dire en amont des chantiers de construction.
Les fouilles sont réalisées par une équipe spécialisée dans l'archéologie préventive, c'est à dire en amont des chantiers de construction. © Clément Barbet/FTV
La petite commune de Valergues située à quelques dizaines de kilomètres à l'est de Montpellier, était-elle un lieu de villégiature pour les aristocrates de la cité antique de Nîmes pendant le Haut-Empire Romain ? C'est en tout cas une des hypothèses émises par le groupe d'archéologues dirigé par Fabrice Bigot. Depuis plusieurs semaines, son équipe travaille sur les fragments d'une villa dont la date de construction est située entre le Ier et le IVème siècle après Jésus-Christ. 
 

Les restes de colonnes nous montrent que le propriétaire était quelqu'un d'important, sans doute un aristocrate.La pierre utilisée vient de Castries à 10 kilomètres d'ici. À l'époque il fallait beaucoup de moyens pour faire venir de la pierre d'aussi loin. 

Fabrice Bigot, archéologue

Un enclos funéraire impressionant 

Un peu plus loin, les pierres blanches sur le sol laissent  découvrir les fragments d'un enclos funéraire...  À l'époque,  pour témoigner de leur puissance, les riches familles faisaient construire à la lisière des domaines, d'imposants bâtiments dans lesquelles étaient entérés les défunts. Plus l'enclos était grand, plus la famille était puissante, ici les vestiges s'étalent sur un carré d'une dizaine de mètres.
 
Le carré formé par les pierres blanches est un vestige d'un ancien enclos funéraire.
Le carré formé par les pierres blanches est un vestige d'un ancien enclos funéraire. © Clément Barbet/FTV

 Dans ces tombes, en plus de quelques ossements, les chercheurs ont aussi découvert des restes de céramique typique de la vallée du Rhône.Vieux de 1600 ans, Ces objets pourraient bientôt se voir attribuer une nouvelle jeunesse : 

Comme ils très bien conservés ils pourraient être exposés dans des musées, ici ils pourraient très rejoindre les collections du dépôt archéologique de Nîmes

Fabrice Bigot

Des fouilles préventives 

L'équipe de Fabrice Bigot n'est pas tombée sur les restes de ce domaine antique par hasard. Leur société, Mosaïques Archéologieest spécialisée dans un domaine spécifique : l'archéologie préventive. Elle intervient en amont de travaux d’aménagements après un diagnostic de l'institut national de recherches archéologiques préventives (Inrap) qui sonde les sols. Ensuite, une équipe d'archéologues étudie ces vestiges avant leur disparition. Pas question donc de renoncer au chantier du futur lotissement. 
 
Un site archéologique sous le chantier d'un lotissement à Valergues dans l'Hérault. ©FTV
 



 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
histoire culture archéologie patrimoine logement société