Hérault : quand voitures et vélos partagent la chaussée

Chaucidou (chaussée à circulation douce) au nord de Montpellier / © Raphaëlle Talbot, France 3 Occitanie
Chaucidou (chaussée à circulation douce) au nord de Montpellier / © Raphaëlle Talbot, France 3 Occitanie

Nous avons testé pour vous le Chaucidou, un nouveau type de chaussée partagée entre les voitures et les vélos. Il en existe trois au nord de Montpellier, et même bientôt quatre, actuellement expérimentés par le Conseil Départemental.

Par Valérie Luxey

Au nord de Montpellier, désormais, voitures et vélos doivent partager la chaussée de trois routes départementales transformées en "chaucidou" (contraction de "chaussée à circulation douce"). Le Conseil Départemental de l'Hérault, qui expérimente ce dispositif, a aménagé 2 bandes sur les côtés, d'une couleur différente et réservées aux deux-roues, la voie centrale restant dédiée aux voitures.
 
Panneau de signalisation d'un Chaucidou au nord de Montpellier / © Raphaëlle Talbot, France 3 Occitanie
Panneau de signalisation d'un Chaucidou au nord de Montpellier / © Raphaëlle Talbot, France 3 Occitanie


Changer les rapports entre automobilistes et cyclistes


Et lorsqu'un automobiliste dépasse ou croise un cycliste, il doit se déporter afin de laisser une distance de sécurité. Le Département, qui multiplie ces voies partagées depuis 2014, espère par là transformer les rapports entre usagers, comme l'explique Karine Bussone, la directrice de Routes et des Mobilités au Conseil Départemental de l'Hérault :
 

On a constaté que les aménagements qu'on a réalisés préparent psychologiquement les automobilistes à rencontrer les cyclistes : ils adaptent leur vitesse, ralentissent à leur approche pour pouvoir les doubler ou les croiser en toute sécurité : la voiture n'est plus prioritaire !

 

On a testé le chaucidou


François Masselot fait partie de l'association Vélocité, qui compte un millier d'adhérents dans la métropole de Montpellier. Avec lui, nos reporters Jean-Michel Escafre et Raphaëlle Talbot ont parcouru quelques kilomètres sur le chaucidou aménagé entre Prades-le-Lez et Les Matelles.
 

Leur premier constat : les automobilistes, guidés par le tracé de leur voie centrale, ont tendance à ne pas se déporter suffisamment.
 

Les cyclistes apprécient, c'est fréquenté, ils roulent à la place qui leur est assignée. Mais la vitesse des voitures ici reste élevée : 70 kilomètres/heure en moyenne. Et la bande réservée aux vélos est étroite : seulement un mètre.

 

Largeur insuffisante

Car pour délimiter une bande cyclable d'au moins 1,50 mètre, il faudrait que la largeur de la route soit de 6 mètres, ce qui n'est pas le cas à cet endroit. Pour limiter les risques et rendre la cohabitation entre autos et vélos plus sereine, le Conseil Départemental a donc opté pour des chaucidoux sur des routes à faible circulation, fréquentées par  moins de 500 véhicules chaque jour.

 

A lire aussi

Sur le même sujet

Les + Lus