Le contournement ouest de Montpellier sera gratuit et financé à 100% par Vinci Autoroutes

Publié le
Écrit par Valérie Luxey

Le Conseil d'Etat valide le financement par Vinci Autoroutes du contournement ouest de Montpellier et confirme sa gratuité. Cette jonction des A750 et A709 devrait désengorger les accès et fluidifier le trafic. Un projet combattu depuis des années par les écologistes.

Le premier ministre Jean Castex en avait émis le souhait à l'automne, appuyant le dossier, le Conseil d'Etat vient de le valider : le contournement ouest de Montpellier sera "réalisé dans le cadre d’un adossement à la concession détenue par les Autoroutes du Sud de la France (ASF)" et donc financé à 100% par Vinci Autoroutes. L'avis des sages implique également la gratuité pour les usagers de ce tronçon de 6,2 kilomètres devant relier les autoroutes A750 et A709 à l'ouest de la métropole.

Désengorger les flux locaux et de transit

L'objectif de ce projet est de désengorger les accès à Montpellier et de fluidifier le trafic de transit entre le sud est de Juvignac, près de l'avenue de la Liberté à l'entrée de Montpellier, et un nouvel accès situé entre les échangeurs de Saint-Jean-de-Védas et Montpellier ouest sur l'A709.

Une 2X2 voies gratuite à la place des RD 132 et 612

La nouvelle infrastructure à 2X2 voies sera réalisée sur le tracé des actuelles routes départementales RD 132 et RD 612. Le chantier devrait démarrer en 2023 et s'achever au plus tard en 2028. Dès l'annonce de la nouvelle, collectivités et acteurs économiques locaux se sont félicités de cette issue qui met un terme à des années de tergiversations. Carole Delga, la présidente (PS) de la Région Occitanie, a salué "une décision juste et de bon sens" qui répond aux attentes des élus.

C’est la solution qui permettra de boucler le montage financier. Aujourd’hui, c’est une victoire collective, une décision juste et de bon sens qui va enfin permettre au projet de se réaliser dans l’intérêt du territoire et de ses habitants.

Carole Delga, présidente (PS) du Conseil Régional Occitanie

Les contribuables n'auront rien à débourser

Une réaction qui souligne la satisfaction des élus locaux sur la conclusion du volet financier du chantier, qu'ils n'auront pas à prendre en charge, contrairement au projet initial qui prévoyait un co-financement entre l’Etat, le Conseil Régional Occitanie, le Conseil Départemental de l’Hérault et Montpellier Méditerranée Métropole.

Quant à la chambre de commerce et d'industrie (CCI) de l'Hérault, par la voix de son président André Deljarry, elle s'est félicitée sur le réseau social Twitter de ces "annonces bénéfiques pour notre territoire".

De son côté, Michaël Delafosse, maire et président (PS) de Montpellier Méditerranée Métropole, a souligné que cet avis du Conseil d'Etat allait faire avancer les projets de son équipe en termes de mobilité et de lutte contre la pollution de l'air.

Pour les riverains, c’est une amélioration de leur quotidien et de la qualité de l’air qui se profile. Pour les habitants de la Métropole, qui n’ont d’autre choix que de prendre leur véhicule pour se rendre à leur travail, ce sera chaque jour un gain de temps précieux. Terminer le contournement de Montpellier nous permettra de finaliser en parallèle notre système de mobilités décarbonées extrêmement ambitieux (5 lignes de tram,5 lignes de Bustram, modes actifs...).

Michaël Delafosse, maire et président (PS) de Montpellier Méditerranée Métropole

Montpellier sans diesel en 2028

L'édile accélère d'ailleurs en présentant, le même jour que l'avis du Conseil d'Etat, son plan de déploiement de la future Zone à Faibles Emissions (ZFE) carbone visant à interdire aux véhicules diesel l'accès à Montpellier à l'horizon 2028.

De quoi satisfaire les alliés écologistes de Michaël Delafosse, pas franchement emballés par le contournement ouest de Montpellier (COM).

Les écologistes opposés au COM

En novembre 2021, après l'annonce de l'avis favorable émis pour la Déclaration d'Utilité Publique (DUP), Coralie Mantion (EELV), conseillère municipale de Montpellier et vice-présidente de Montpellier Méditerranée Métropole déléguée à l'Aménagement durable du territoire, à l'Urbanisme opérationnel et à la Maîtrise foncière, prônait chez nos confrères de France Bleu Hérault "d'autres solutions au COM" : "les écologistes ne nient pas les problèmes d'engorgement à l'ouest de Montpellier, ni d'ailleurs les six associations qui ont déposé des recours contre cette DUP. La question n'est pas comment fluidifier le trafic, mais comment le diminuer. Nous, ce qu'on propose, c'est de développer des bus à haut niveau de service dans tout l'ouest de Montpellier".

Après le COM, le LIEN

On comprend mieux, dès lors, que le projet se soit enlisé depuis les années 1990. Et la polémique ne devrait pas retomber. Car au-delà du COM se profile son prolongement logique : le LIEN (Liaison Intercommunale ou Inter cantonale d'Évitement Nord). Du côté de Grabels, au nord de la métropole, ses opposants organisés en ZAD (Zone à Défendre) ont récemment été délogés par les forces de l'ordre sur demande du préfet.